Système de conduction cardiaque: fonction, rôle et maladies

Le système de conduction d'excitation du Cœur se compose de myocytes cardiaques spécialisés riches en glycogène. Ils concentrent les signaux de contraction générés par le système de génération d'excitation et les transmettent aux muscles des oreillettes et des ventricules à un rythme spécifique, créant une séquence ordonnée de systole (phase de battement des ventricules) et diastole (détente phase des ventricules) qui fournit une sang circulation.

Quel est le système de conduction d'excitation du cœur?

Le système de conduction d'excitation fonctionne purement électriquement via des cellules musculaires cardiaques spécialisées plutôt que nerfs, de sorte que le système ne nécessite pas de neurotransmetteurs spécialisés. Le système d'excitation-conduction cardiaque est étroitement lié au système de génération d'excitation car il est également composé de cellules musculaires cardiaques spécialisées et parce que des parties du système d'excitation-conduction agissent elles-mêmes comme des excitateurs dans un processus de sauvegarde dans certaines situations. L'ensemble du système, formation de l'excitation et conduction de l'excitation, est semi-autonome. En principe, il est autonome, mais il est également soumis à l'influence des systèmes nerveux sympathique et parasympathique, de sorte que la performance du Cœur peut être adapté à l'évolution des demandes via la fréquence de battement et sang pression. Le système de génération et de conduction d'excitation semi-autonome peut être indirectement contrôlé par des influences externes. Dans le même temps, cela signifie que le système peut également être influencé et perturbé par certaines neurotoxines via les systèmes nerveux sympathique et parasympathique. Le système de conduction d'excitation du Cœur commence au nœud sinusal, les stimulateur cardiaque à l' oreillette droite juste en dessous du supérieur veine cave. L'impulsion électrique générée par le nœud sinusal est distribuée par le système de conduction d'excitation aux muscles des deux oreillettes afin qu'ils se contractent simultanément. L'impulsion est ensuite transmise par le deuxième système de stimulation, le [nœud auriculo-ventriculaire]] (Noeud AV) à la base du oreillette droite et livré avec un retard d'environ 150 millisecondes au faisceau His, qui est situé dans le septum entre les oreillettes et les ventricules. Le faisceau de His se divise ensuite en deux jambes ventriculaires gauche et droite, les jambes tawara. Les jambes se ramifient plus loin à leurs extrémités dans les fibres de Purkinje, qui transmettent l'impulsion de contraction directement aux cellules musculaires des muscles ventriculaires, provoquant la contraction simultanée des ventricules. Le système de conduction d'excitation fonctionne purement électriquement via des cellules musculaires cardiaques spécialisées plutôt que nerfs, de sorte que le système ne nécessite pas de neurotransmetteurs spécialisés.

Fonction et objectif

L'une des deux fonctions et tâches les plus importantes du système de conduction de l'excitation cardiaque est la transmission ordonnée des impulsions électriques d'abord aux cellules musculaires des oreillettes, puis aux muscles ventriculaires. Normalement, les impulsions électriques sont générées par le nœud sinusal à l' oreillette gauche. En interaction avec le système de conduction d'excitation, le Noeud AV et le paquet Son, le rythme cardiaque normal est créé, également connu sous le nom de rythme sinusal. Si le nœud sinusal échoue en tant que stimulateur cardiaque ou générer des impulsions qui s'écartent considérablement du schéma normal, les cellules du système de conduction peuvent en principe générer elles-mêmes des impulsions de battement électriques, mais celles-ci ne sont généralement pas ordonnées et peuvent conduire à une séquence de battements très désordonnée du cœur, en particulier dans les oreillettes. le Noeud AV peut assumer une fonction de sauvegarde régulière en tant que secondaire stimulateur cardiaque. Sa fréquence ordonnée de base est de 40 à 50 excitations par minute. Le nœud AV prend automatiquement le relais si les impulsions du nœud sinusal tombent en dessous de la fréquence de base du nœud AV. Si le nœud AV échoue également en tant que sauvegarde, le faisceau His, qui fait partie du système de conduction d'excitation, intervient en tant que stimulateur cardiaque tertiaire pour les muscles ventriculaires à une fréquence de 20 à 30 battements par minute. Le processus est également connu sous le nom de rythme de remplacement ventriculaire. Les systèmes de génération d'excitation et de conduction permettent le maintien de sang flux dans le système vasculaire du corps et adaptation rapide aux demandes changeantes créées par différents actionnements musculaires et par différents tonus sympathiques ou stress Les avantages du système semi-autonome développé par l'évolution sont que la séquence du rythme cardiaque ne peut pas être facilement influencée par les aliments ingérés ou les toxines, mais seulement indirectement via le plexus nerveux sympathique et parasympathique.

Maladies et affections

La transmission de l'impulsion électrique générée par le nœud sino-auriculaire aux muscles auriculaires se produit sur une large zone via des cellules musculaires cardiaques spécialisées avant que les impulsions ne soient réabsorbées par le nœud AV et délivrées avec un retard au faisceau His. Des perturbations dans la conduction des impulsions de contraction se produisent fréquemment. Ils se manifestent par extrasystoles, par un rythme cardiaque irrégulier ou par une fréquence de battement augmentée ou diminuée, ainsi que par un rythme de battement altéré. Les symptômes vont d'innocents à graves et mettent immédiatement la vie en danger. Relativement souvent, des problèmes surviennent avec la transmission de l'impulsion de battement dans les oreillettes. Les excitations fonctionnent alors de manière désordonnée ou se déplacent selon un schéma circulaire à travers les oreillettes, qui répondent par un muscle rapide désordonné contractions. Des fréquences de battement de 350 à 600 Hz peuvent se produire dans ce fibrillation auriculaire, mais ceux-ci sont filtrés par le nœud AV et ne «passent» typiquement qu'à une fréquence de 100 à 160 et sont transmis aux muscles ventriculaires. Cela se traduit par une perte de l'oreillette contractions, ce qui est visiblement associé à une diminution de 15 à 20% du débit cardiaque et peut conduire à une surcharge progressive des muscles ventriculaires. Aussi assez fréquemment, arythmies cardiaques - généralement transitoires - sont déclenchés par un soi-disant bloc sinuatrial (Bloc SA). Elle est causée par une transmission retardée ou interrompue de l'impulsion sinusale d'origine aux muscles des oreillettes. Il s'agit donc d'un problème de conduction avant même que le nœud AV ne soit atteint. Le bloc SA peut avoir de nombreuses causes différentes et peut également être déclenché par une perturbation de la composition électrolytique ou de l'électrolyte concentration. Tous les types de troubles de la conduction dans les oreillettes sont regroupés sous le terme syndrome des sinus malades. Une maladie moins courante du système de conduction est le syndrome de Wolff-Parkinson-White, qui se réfère à une excitation circulaire désordonnée entre les oreillettes et les ventricules. Elle est causée par au moins une voie de conduction supplémentaire entre les oreillettes et les ventricules, contournant le nœud AV. En raison du contournement du nœud AV, les impulsions électriques des ventricules peuvent également retourner vers les oreillettes.