Tomographie numérique de volume en orthopédie

Tomographie numérique de volume (DVT; synonymes: tomographie numérique de volume; faisceau conique tomodensitométrie, cone beam CT, CBCT) en orthopédie est une procédure d'imagerie radiologique qui décrit os et les articulations en trois dimensions et peut ainsi apporter une contribution significative au diagnostic préopératoire et post-traumatique. La procédure permet une excellente visualisation des structures osseuses en raison du contraste élevé avec l'air et les tissus mous. La TVP est entrée en dentisterie en 1998 et présente certains avantages par rapport aux autres techniques radiographiques. Par exemple, il peut représenter les structures osseuses du visage crâne de manière encore plus complète que les pantomogrammes habituels (tomogrammes panoramiques, orthopantomogrammes, aperçus radiographiques des mâchoires). Suite à l'introduction de la TVP en dentisterie, la procédure a également trouvé son chemin dans le diagnostic ORL et le diagnostic orthopédique. Dans le diagnostic orthopédique, la TVP est utilisée pour imager le tissu osseux et les articulations. Essentiellement, la TVP est une variante de tomodensitométrie (CT) avec une résolution plus élevée des tissus osseux dans la TVP.

Les indications

Les problèmes de diagnostic qui justifient l'obtention d'une TVP sont vastes. En principe, la procédure est toujours indiquée lorsqu'une représentation tridimensionnelle d'une structure est importante pour thérapie, c'est-à-dire lorsqu'un diagnostic initial complet semble utile, par exemple:

  • Imagerie du tissu osseux: extrémités et les articulations (par exemple, poignet, pied et cheville).
  • Évaluation post-traumatique (après accident) des blessures aux mains, aux pieds, aux coudes, aux genoux ou aux chevilles.

Contre-indications

En raison des effets radiobiologiques des rayons X dans les tissus, les contre-indications suivantes surviennent:

  • Gravidité (grossesse), sauf en cas de menace vitale.
  • Absence d'indication justificative

Avant l'examen

La TVP étant une procédure radiologique, des précautions appropriées doivent être prises pour protéger le patient et l'équipe de traitement des rayons X:

  • Interroger les femmes en âge de procréer sur les grossesse.
  • Se renseigner sur les radiographies récemment prises
  • Protéger les parties du corps à ne pas imager avec un tablier ou un écran en plomb
  • Corriger la technique de réglage sur le patient et tous les paramètres techniques pour éviter des expositions répétées….

La procédure

Tomographie numérique de volume, comme tomodensitométrie (TDM), est une technique d'imagerie en coupe qui permet de réaliser une reconstruction tridimensionnelle sur ordinateur.La procédure est utilisée dans le diagnostic orthopédique sur des patients debout et assis. La région du corps à examiner est avancée dans l'appareil. Dans le cas d'images en coupe du pied et cheville, le diagnostic est réalisé sur le patient debout, comme dans le cas des radiographies. Il en résulte que tout le poids du corps repose sur les articulations à examiner. En conséquence, des images 3D détaillées d'un stress situation des articulations sont possibles. Pour l'imagerie, la région du patient à examiner est positionnée dans ce qu'on appelle l'isocentre. Un Radiographie tube et un détecteur d'image plat positionné en face de lui tournent de façon synchrone à 360 ° autour du front. Un objet 3D est virtuellement reconstruit par ordinateur à partir des 360 images individuelles (jusqu'à 400) produites au cours d'une seule rotation. Dans le processus, une résolution d'image jusqu'à 4 fois supérieure à celle des appareils CT conventionnels est obtenue. Cela permet des images à ultra-haute résolution de structures de tissus durs avec une taille de voxel (équivalente à un pixel dans une image 2D) allant jusqu'à 75 μm. Cela permet même les plus fines fractures de la racine des cheveux dans les extrémités ou au début arthrite (inflammation des articulations) à détecter. Contrairement à la tomodensitométrie conventionnelle, qui utilise un faisceau en éventail et capture de fines couches individuelles du corps, le faisceau du DVT est en forme de cône, ce qui explique le synonyme anglais de cône-faisceau CT (CBCT). Le cône de faisceau capture le le volume des structures des tissus durs à examiner en trois dimensions, ce qui se traduit par un champ de vision (FOV; section maximale que l'appareil peut afficher), qui est généralement de forme cylindrique et mesure 4 cm x 4 cm à 19 cm x 24 cm Pendant l'examen, il n'y a qu'un seul circulation des poutres, qui couvrent toute la zone à examiner en forme de cône. Le rayonnement est réfléchi par le tissu, un détecteur (détecteur CCD) mesure le rayonnement réfléchi et le convertit en images. La dernière génération d'appareils DVT dispose également d'un étalonnage Hounsfield. Ici, les valeurs de différents Radiographie les densités sont converties en unités Hounsfield standardisées (unités hounsfield = HU). Remarque: l'échelle de Hounsfield décrit l'atténuation des rayons X dans les tissus et s'affiche dans les images en niveaux de gris. Les valeurs peuvent ainsi être attribuées aux types de tissus et les déviations pathologiques peuvent être détectées La reconstruction d'image par l'ordinateur permet de visualiser n'importe quelle tranche de presque n'importe quelle direction ainsi que l'objet tridimensionnel La technologie DVT, en conjonction avec un affichage de produit de contraste, permet également visualisation de l'intérieur du joint (tridimensionnel arthrographieDe plus, la procédure permet également des diagnostics fonctionnels, c'est-à-dire Radiographie examen et podométrie (mesure de la pression du pied). Exposition aux radiations

Dans le diagnostic orthopédique, le diagnostic de la TVP entraîne une exposition aux rayonnements de l'ordre de 50% ou moins d'un examen tomodensitométrique normal.

Après l'examen

La TVP est suivie d'un traitement d'image numérique de qualité garantie et d'une documentation des paramètres d'imagerie, et finalement de leur évaluation diagnostique.

Complications possibles

Les complications possibles résultent d'erreurs de procédure telles qu'un positionnement incorrect du patient, un réglage incorrect des paramètres d'exposition ou des dysfonctionnements informatiques, entre autres. Ils voudraient conduire à des expositions répétées et donc à une exposition accrue aux rayonnements pour le patient.