Syndrome de fragilité : causes, thérapie, prévention

Bref aperçu

  • Définition : résistance et capacité physiques (et éventuellement mentales) nettement diminuées.
  • Symptômes : force et endurance réduites, fatigabilité rapide, marche ralentie, perte de masse musculaire, perte de poids indésirable, fonction organique altérée
  • Causes et facteurs de risque : âge avancé, certaines maladies (comme l'hypertension artérielle), malnutrition, isolement social, éventuellement sexe féminin
  • Traitement : entraînement de force et d'endurance, prévention des chutes, régime riche en protéines et en vitamines, apport hydrique suffisant, traitement des problèmes de mastication et de déglutition existants ainsi que des maladies concomitantes, évitement des tensions physiques et mentales inutiles.
  • Prévention : Les mêmes mesures sont recommandées à cet effet que pour le traitement.

Syndrome de fragilité : définition et symptômes

Le terme anglais frailty signifie « fragilité ». Pendant longtemps, cela a été considéré comme un phénomène normal lié à la vieillesse. Cependant, avec le développement de la médecine gériatrique (gériatrie) en tant que domaine de recherche indépendant, le déclin progressif des performances chez les personnes âgées est perçu de manière plus différenciée.

Le terme gériatrique syndrome de fragilité signifie bien plus que le vieillissement naturel du corps et de l’esprit. Il décrit un tableau clinique complexe avec plusieurs symptômes possibles :

  • faible force et endurance
  • fatigue rapide
  • marche ralentie
  • réduction de la masse musculaire
  • diminution des fonctions des organes

Effets

Le complexe de symptômes entraîne une réduction significative de la résistance et des performances physiques (et parfois mentales). La susceptibilité physique est qualifiée par les médecins de vulnérabilité accrue. Il en résulte, par exemple, que les patients courent un risque plus élevé de chutes, développent plus souvent des complications pendant ou après des interventions chirurgicales et mettent plus de temps à récupérer.

Le risque de nouvelles maladies, de séjours hospitaliers plus longs, de besoins de soins et d'invalidité ainsi que le risque de décès sont également accrus en relation avec le syndrome de fragilité.

Cette vulnérabilité accrue signifie également que les personnes atteintes du syndrome de fragilité font souvent moins bien face à une hospitalisation ou à des changements indésirables dans leurs routines et habitudes quotidiennes que leurs pairs non touchés.

À moyen terme, le syndrome de fragilité peut restreindre de plus en plus l’autonomie des personnes touchées et leur capacité à participer à la société. Les problèmes mentaux, notamment la dépression, peuvent alors aggraver encore davantage le tableau clinique.

Syndrome de fragilité : causes et facteurs de risque

En médecine, une grande variété de causes et de facteurs de risque de développement du syndrome de fragilité sont discutés.

Âge

Maladies

Les personnes qui souffrent de certaines maladies courent un risque accru de fragilité. Les maladies typiques comprennent l'hypertension artérielle, les accidents vasculaires cérébraux, les crises cardiaques, le cancer et le diabète sucré. Mais les déficiences cognitives (telles que celles provoquées par la démence) et les maladies mentales peuvent également déclencher le syndrome de fragilité.

La masse musculaire diminue souvent avec l’âge. Cela favorise également le développement d’un syndrome de fragilité avec les symptômes typiques de perte de force et d’endurance.

Malnutrition

Des études montrent que de nombreux patients fragiles souffrent de carences en certains nutriments. En particulier, une carence en vitamine D, en vitamine E, en caroténoïdes et en protéines est considérée par les nutritionnistes comme une cause contributive au syndrome de fragilité.

Les symptômes de carence sont favorisés par une diminution fréquente de l'appétit, de l'odorat et du goût au cours de la vieillesse, ainsi que par des problèmes de mastication et/ou de déglutition liés à l'âge ou à une maladie.

Isolation sociale

La solitude et le manque de stimulation mentale sont d’autres causes possibles ou facteurs de risque du syndrome de fragilité.

Sexe

Certaines recherches scientifiques suggèrent que les femmes courent un risque de fragilité légèrement plus élevé que les hommes. Cependant, cela n’a pas (encore) été clairement clarifié.

Syndrome de fragilité : diagnostic

  • Perte de poids
  • vitesse de marche lente
  • faiblesse musculaire
  • l'intolérance à l'exercice
  • faible activité

La mesure dans laquelle les différents critères s'appliquent est évaluée lors d'un entretien personnel entre le médecin et le patient. De plus, divers tests peuvent être utilisés. Par exemple, le médecin peut tester la force musculaire en vérifiant l’intensité de la poignée de main ou demander au patient de se lever de la chaise à main levée.

Dans la pratique, le dépistage dit FRAIL sous forme de questionnaire est également fréquemment utilisé pour le diagnostic. Les critères suivants sont interrogés :

  • Fatigue : Êtes-vous fatigué la plupart du temps ?
  • Résistance (force musculaire) : Êtes-vous capable de monter un étage d’escalier ?
  • Ambulation (capacité de marche) : Êtes-vous capable de marcher 100 mètres sans problème ?
  • Maladie : Souffrez-vous de plus de cinq maladies ?
  • Perte de poids : avez-vous involontairement perdu plus de cinq kilos au cours des six derniers mois ?

Si trois critères s’appliquent, le diagnostic est celui du syndrome de fragilité. Si seulement deux critères s’appliquent, on parle de pré-fragilité – un stade préliminaire du syndrome de fragilité dans lequel le développement ultérieur du syndrome peut souvent être évité à l’aide de mesures thérapeutiques préventives.

Syndrome de fragilité : thérapie et prévention

Les mesures suivantes peuvent aider à lutter contre le syndrome de fragilité :

  • Prévention des chutes : L’exercice de la force et de l’équilibre peut prévenir les chutes. Les sports doux comme le Tai Chi se sont révélés efficaces à cet effet.
  • Thérapie nutritionnelle : un régime riche en protéines avec un apport adéquat en vitamine D, en vitamine E et en caroténoïdes peut compenser ou prévenir la malnutrition. Une hydratation adéquate est également importante : les personnes âgées ont généralement moins souvent soif et boivent donc souvent trop peu, ce qui peut aggraver leur fragilité.
  • Problèmes de mastication ou de déglutition : Si les personnes atteintes du syndrome de fragilité ont des difficultés à mâcher et/ou à avaler, il est important de les traiter correctement pour garantir un apport alimentaire adéquat.
  • Traitement des maladies concomitantes : Les maladies concomitantes existantes telles que l'hypertension ou les problèmes cardiaques doivent être traitées efficacement. Si le patient prend divers médicaments, un médecin doit vérifier ces médicaments pour déceler d'éventuelles interactions et les ajuster si nécessaire.

Syndrome de fragilité : prévention

Toutes les mesures recommandées pour le traitement du syndrome de fragilité conviennent également à sa prévention : par exemple, une alimentation riche en protéines et en vitamines, un apport hydrique suffisant, un entraînement de force et d'endurance et une vie sociale épanouie. Prendre ce conseil à cœur dès le plus jeune âge constitue la base d’une vie épanouie sans syndrome de fragilité, même à un âge avancé.