Rhume des foins : causes, conseils

Bref aperçu

  • Description : Allergie à certains pollens végétaux. Autres noms du rhume des foins : pollinose, pollinose, allergie au pollen, rhinite allergique saisonnière.
  • Symptômes : Nez qui coule, yeux qui piquent et larmoyants, crises d'éternuements.
  • Causes et facteurs de risque : Dysfonctionnement du système immunitaire, à cause duquel le système de défense considère les protéines du pollen comme dangereuses et les combat. La tendance aux allergies est génétiquement déterminée. Divers facteurs contribuent probablement à l'apparition de la maladie (par exemple, hygiène excessive, fumée de tabac).
  • Diagnostic : Antécédents médicaux, tests d'allergie (ex : prick test, RAST).
  • Traitement : Médicaments pour soulager les symptômes, réduire le contact avec les allergènes (par exemple, aérer la nuit plutôt que le jour, installer des écrans antipollen sur les fenêtres) ; traitement causal par hyposensibilisation (immunothérapie spécifique)
  • Pronostic : La plupart du temps, le rhume des foins persiste toute la vie et augmente sans traitement. De plus, un changement d'étage est possible (développement d'un asthme allergique). Cependant, avec un traitement approprié, les symptômes peuvent être soulagés et les complications évitées.
  • Prévention : La tendance aux allergies ne peut être évitée, mais les facteurs qui contribuent au développement des allergies le peuvent. Cela signifie, par exemple, ne pas fumer pendant la grossesse et après la naissance, un environnement sans fumée pour l'enfant, un allaitement complet pendant les quatre à six premiers mois.

On estime qu’en moyenne près d’une personne sur quatre en Europe souffre de rhinite allergique, généralement déclenchée par certains pollens. Une telle allergie au pollen (pollinose, rhume des foins) est la forme d’allergie la plus courante.

Comme pour toutes les allergies, dans le rhume des foins, le système immunitaire réagit de manière excessive à des substances qui sont en fait inoffensives – mais pas au foin, comme son nom l'indique, mais aux protéines de certains pollens de plantes présentes dans l'air (comme divers pollens de graminées et d'arbres).

Ce pollen n'est pas présent dans l'air toute l'année, mais seulement pendant la période de floraison des plantes respectives. Ainsi, les symptômes du rhume des foins n’apparaissent que certains mois de l’année. C'est pourquoi le rhume des foins est également appelé rhinite allergique saisonnière (= rhinite allergique saisonnière, rhinite allergique).

Si vous présentez des symptômes semblables à ceux du rhume des foins toute l'année, vous n'avez probablement pas le rhume des foins, mais une autre forme d'allergie (par exemple aux acariens).

Rhume des foins : symptômes

Les personnes sans rhume des foins ont souvent du mal à imaginer à quel point les symptômes d'une allergie au pollen sont pénibles : les démangeaisons et les larmoiements ainsi que les violents éternuements accompagnés d'écoulement nasal limitent considérablement la qualité de vie des personnes concernées.

Vous pouvez lire tout ce qui est important sur les signes typiques du rhume des foins dans l'article Symptômes du rhume des foins.

Rhume des foins : causes et facteurs de risque

Comme pour toutes les allergies, les symptômes du rhume des foins (allergie au pollen) sont provoqués par une réaction excessive du système immunitaire : les défenses de l'organisme classent à tort les protéines inoffensives comme dangereuses et les combattent comme un agent pathogène :

Ce faisant, certaines cellules immunitaires – appelées mastocytes – sécrètent des messagers inflammatoires (histamine, leucotriènes) lorsqu'elles rencontrent les protéines du pollen. Ceux-ci provoquent alors les symptômes typiques du rhume des foins : les yeux, le nez et la gorge sont touchés car les protéines du pollen pénètrent dans l'organisme principalement par les muqueuses.

Souvent, les personnes souffrant du rhume des foins développent également des allergies à certains aliments. Les médecins parlent alors d'une allergie croisée.

Comment se développe la dérégulation du système immunitaire ?

Les processus impliqués dans le développement de l’allergie au pollen sont désormais bien compris. Cependant, il n’existe que des conjectures quant à ce qui déclenche finalement le rhume des foins. Certains facteurs de risque contribuent probablement avec une grande certitude au développement du rhume des foins :

Hérédité

  • Si aucun membre de la famille n'est allergique, les enfants ont un risque d'allergie d'environ 5 à 15 pour cent.
  • Si l'un des parents est allergique, le risque est d'environ 20 à 40 pour cent.
  • Si les deux parents sont allergiques, l’enfant a environ 40 à 60 pour cent de chances de développer également une allergie.
  • Si les deux parents souffrent de la même allergie, le risque d'allergie de l'enfant est d'environ 60 à 80 pour cent.

De plus, les personnes sujettes aux allergies n’en ont souvent pas. Par exemple, les patients atteints de névrodermite sont souvent sujets au rhume des foins, et de nombreuses personnes allergiques au pollen ne supportent pas non plus les squames animales.

Hygiène excessive

Il est possible que le degré de sollicitation du système immunitaire pendant l'enfance joue également un rôle dans le développement d'allergies (rhume des foins, etc.). L'hypothèse dite de l'hygiène suppose que les défenses de l'organisme sont sous-sollicitées lorsque l'hygiène est très prononcée pendant l'enfance et qu'elle agit donc également à un moment donné contre des substances inoffensives.

Fumée de tabac et autres polluants atmosphériques

Les substances présentes dans l'air ambiant et irritantes pour les voies respiratoires (poussières fines, fumée de cigarette, gaz d'échappement des voitures, etc.) peuvent contribuer au développement d'allergies (rhume des foins, etc.) et d'asthme. Par exemple, les enfants qui grandissent avec des parents fumeurs courent un risque considérablement accru de développer ultérieurement de l'asthme, du rhume des foins ou d'autres allergies.

Mais même fumer pendant la grossesse est dangereux pour l'enfant. Les substances contenues dans la fumée du tabac peuvent entraîner de nombreuses malformations et troubles du développement chez l'enfant à naître (par exemple au niveau des poumons). Par conséquent, une femme enceinte ne devrait jamais fumer pendant la grossesse. Après la naissance, fumer devrait généralement être tabou en présence de l’enfant.

De plus en plus de personnes souffrent du rhume des foins

Les experts des sociétés d'allergie soupçonnent que l'incidence du rhume des foins (allergie au pollen) va continuer à augmenter. Ils voient une des raisons à cela dans le changement climatique :

La hausse des températures dans le monde prolonge considérablement la saison pollinique de nombreuses plantes. La teneur plus élevée en dioxyde de carbone (CO2) dans l’air incite également les plantes à libérer encore plus de pollen qu’auparavant.

La pollution de l'air par les poussières fines ou la pollution par l'ozone provoque également des réactions encore plus violentes des protéines du pollen chez l'homme. Les chercheurs de l'Institut de chimie Max Planck de Mayence supposent que le pollen de bouleau, par exemple, est deux à trois fois plus agressif en raison d'une réaction chimique avec l'ozone (O3).

Rhume des foins : examens et diagnostic

La bonne personne de contact en cas de suspicion de rhume des foins (pollinose) est un médecin portant le titre supplémentaire « allergologie ». Il s’agit généralement de dermatologues, d’oto-rhino-laryngologistes (ORL), de pneumologues, d’internistes ou de pédiatres ayant suivi une formation complémentaire d’allergologue.

Consultation Gratuite

Lors de la première visite, le médecin prendra d'abord en compte les antécédents médicaux (anamnèse) du patient dans le cadre d'une discussion détaillée. Dans la plupart des cas, il sera déjà en mesure d'évaluer si le rhume des foins en est la cause, sur la base de la description des symptômes. Les questions possibles du médecin pourraient être par exemple :

  • Quelles plaintes avez-vous ?
  • Quand exactement les plaintes surviennent-elles, c'est-à-dire à quelle heure de la journée et à quelle saison ?
  • Où apparaissent les symptômes – à l’extérieur ou seulement à l’intérieur ?
  • Avez-vous des allergies connues ?
  • Souffrez-vous de névrodermite ou d'asthme?
  • Vos parents, frères et sœurs souffrent-ils de maladies allergiques telles que l'asthme, le rhume des foins ou la névrodermite ?
  • Où habitez-vous (à la campagne, à côté d’une route très fréquentée, etc.) ?

Qu'il s'agisse du rhume des foins, le médecin peut le déterminer de manière relativement fiable par le seul entretien d'anamnèse. En revanche, l’identification de l’allergène déclencheur est parfois très difficile et s’apparente à un travail de détective.

La première étape consiste à consulter le calendrier pollinique. Les heures auxquelles les différentes plantes d'une région donnée libèrent habituellement leur pollen y sont indiquées : par exemple, quiconque présente des symptômes typiques du rhume des foins dès janvier est probablement hypersensible au pollen d'aulne et/ou de noisetier.

Examens

Le médecin examine le patient après la première consultation. Il regarde surtout le nez (intérieur et extérieur) et les yeux.

Divers tests de diagnostic sont disponibles pour identifier le ou les types de pollen auxquels une personne est allergique. Ces tests d'allergie comprennent des tests cutanés, des tests de provocation et, si nécessaire, des tests sanguins pour rechercher des anticorps dirigés contre les protéines du pollen (anticorps IgE).

Trois jours avant un test cutané ou un test de provocation, le patient doit arrêter de prendre des médicaments qui suppriment les réactions allergiques (par exemple, la cortisone ou les antihistaminiques). Sinon, le résultat du test sera falsifié. Le médecin fournira des informations plus détaillées.

Test de piqûre

En savoir plus sur cette forme de test cutané dans l’article Pricktest.

Test intradermique

Si le prick-test ne donne pas de résultat concluant en cas de suspicion d'allergie au pollen, la solution de test peut également être injectée dans la peau à l'aide d'une fine aiguille.

Test de provocation

Le médecin applique la substance suspectée sur le nez, la muqueuse bronchique ou la conjonctive de l'œil du patient. Si la réaction est positive, les muqueuses gonflent et un inconfort apparaît. Ce test peut entraîner d'autres réactions allergiques, parfois graves (jusqu'au choc anaphylactique). Le patient doit donc rester sous surveillance médicale pendant au moins une demi-heure.

Test sanguin pour les anticorps

Le test « RAST » permet de déterminer si certains anticorps (immunoglobuline E, IgE) contre les protéines polliniques sont présents dans le sérum sanguin du patient. Si tel est le cas, cela indique une sensibilisation à certains allergènes, qui ne doit cependant pas nécessairement s'accompagner de symptômes allergiques.

Rhume des foins chez les enfants

Le rhume des foins peut également survenir chez les bébés et les jeunes enfants. Habituellement, le médecin n’effectue pas de test cutané et de provocation sur eux. Les deux procédures sont désagréables pour les enfants. De plus, la progéniture résiste généralement avec véhémence.

Rhume des foins pendant la grossesse

Rhume des foins : traitement

Pour traiter une allergie au pollen, le médecin dispose de plusieurs options. De nombreux patients reçoivent des médicaments qui soulagent les symptômes du rhume des foins. Pour les symptômes légers, les antihistaminiques sous forme de comprimés sont le premier choix. Pour les symptômes modérés et sévères du rhume des foins, un spray nasal à la cortisone est utilisé – souvent en association avec des antihistaminiques.

Une autre option pour le traitement du rhume des foins est l’hyposensibilisation (également connue sous le nom d’immunothérapie spécifique). Il s'agit d'une tentative d'habituer progressivement le système immunitaire de la personne concernée aux protéines du pollen.

Vous pouvez en savoir plus sur les différentes options de traitement dans l’article Rhume des foins – Thérapie.

Prévenir les symptômes du rhume des foins

Afin d'éviter en premier lieu les symptômes du rhume des foins en tant que personne allergique au pollen, vous devez éviter autant que possible le pollen critique. Cependant, ce n’est pas très facile, d’autant plus qu’ils flottent sur des centaines de kilomètres dans les airs. Ils peuvent donc déclencher des symptômes du rhume des foins même si les plantes en question ne sont pas encore en fleurs sur le lieu de résidence même. Cependant, les conseils suivants peuvent aider à limiter autant que possible le contact avec les allergènes :

Faites attention aux prévisions polliniques

Obtenez un calendrier pollinique

Un calendrier pollinique fournit aux personnes souffrant du rhume des foins une indication approximative du moment où elles peuvent s'attendre à ressentir des symptômes. Cela peut être très utile pour planifier des vacances, par exemple. Des calendriers polliniques sont également disponibles gratuitement dans presque toutes les pharmacies.

Voyage

Ceux qui en ont la possibilité devraient se rendre dans des zones où les plantes en question ne sont pas encore en fleurs ou ne le sont plus pendant la saison pollinique de « leurs » plantes. Alternativement, les personnes allergiques au pollen peuvent également voyager dans des régions où ces plantes ne sont pas présentes du tout, comme dans les hautes montagnes à une altitude supérieure à 1,500 XNUMX mètres, dans les zones côtières ou sur les îles. Là-bas, l’air est généralement pauvre en pollen.

Gardez les fenêtres fermées pendant la journée

Les numérations polliniques sont généralement plus intenses pendant la journée. Les personnes souffrant du rhume des foins devraient donc garder les fenêtres fermées pendant la journée et plutôt aérer la nuit. Moins de pollen pénètre alors à l’intérieur.

Climatiseurs avec filtres à air

Les climatiseurs équipés de filtres à air peuvent être très utiles pour les personnes allergiques. Ils nettoient l’air intérieur du pollen, entre autres. Il est toutefois important que le système soit entretenu régulièrement. Des filtres défectueux ou sales peuvent en outre polluer l’air avec des allergènes.

Écrans anti-pollen sur la fenêtre

Gardez la chambre sans pollen

Si vous enlevez vos vêtements de ville en dehors de la chambre et que vous vous lavez les cheveux avant de vous coucher, vous empêcherez le pollen de se propager dans la chambre. Le linge fraîchement lavé (comme le linge de lit) ne doit pas être laissé sécher, car le pollen peut s'y accrocher.

Débarrasser les espaces de vie du pollen

Pendant la saison pollinique, il peut être utile pour les personnes souffrant du rhume des foins de nettoyer quotidiennement leur maison. Si possible, il ne faut pas remuer le pollen – par exemple en passant l'aspirateur. Il est préférable de passer une vadrouille humide sur les sols et les meubles.

Protection contre le pollen lors de la conduite

Dans la voiture, les personnes allergiques au pollen doivent éteindre la ventilation et garder les fenêtres fermées. Sur de nombreux modèles de voitures, il est également possible d'équiper les systèmes de ventilation de filtres à pollen.

Utilisez la pluie plutôt que le soleil

La pluie réduit la concentration de pollen dans l'air. Les personnes souffrant du rhume des foins devraient donc préférer profiter des averses de pluie et du temps qui suit peu après pour se promener.

Rhume des foins : évolution de la maladie et pronostic

De nombreuses personnes atteintes souffrent du rhume des foins relativement tôt, c'est-à-dire pendant l'enfance ou l'adolescence. Cependant, cela peut finalement survenir pour la première fois à n’importe quel stade de la vie.

Peut-on prévenir le rhume des foins ?

La susceptibilité aux allergies (atopie) est héréditaire. Mais le fait qu’une allergie se déclare réellement dépend d’autres facteurs. Par exemple, l'alimentation de la mère pendant la grossesse et l'allaitement influence le risque d'allergie chez les enfants. Les experts recommandent également que les bébés soient entièrement allaités pendant les quatre à six premiers mois de leur vie et qu’ils continuent à allaiter après l’introduction d’aliments complémentaires. Cela peut également prévenir les allergies telles que le rhume des foins.

Vous découvrirez quelles autres mesures contribuent à prévenir les allergies dans l’article Allergie – Prévention.