Syndrome de Kauda: causes, symptômes et traitement

Le syndrome de Kauda (également appelé syndrome de la queue de cheval) fait référence à une ecchymose du nerfs dans la région de la queue de cheval. Elle est souvent accompagnée d'une hernie discale sévère et nécessite une action immédiate lorsque des symptômes typiques se produisent pour décompresser le meurtri nerfs et éviter les pires conséquences telles que la paralysie.

Qu'est-ce que le syndrome de la queue de cheval?

Le syndrome de Kauda fait référence aux symptômes et aux conditions médicales associés à un écrasement du sensible nerfs dans la partie inférieure du moelle épinière, appelé la queue de cheval. Les symptômes comprennent douleur dans la colonne lombaire qui irradie vers le bas jambe ou même les deux jambes dans le bas des jambes, et sévère vessie douleur qui est exacerbée par une augmentation de la pression corporelle (par exemple, lors des éternuements ou de la toux). Le syndrome de Kauda est caractérisé par les soi-disant culottes anesthésie, ce qui signifie que la zone anale et la zone de l'intérieur des cuisses deviennent engourdies. L'impuissance est un autre symptôme du syndrome de Kauda. Contrôle de l'intestin et vessie la vidange est souvent perdue et l'examen rectal révèle un sphincter flasque. Les jambes deviennent faibles, une faiblesse correcte du cric de pied est notée dans de nombreux cas, et la mécanique réflexes de jambe (par exemple, réflexe des ischio-jambiers) ne fonctionne plus correctement ou pas du tout.

Causes

Le syndrome de Kauda est toujours déclenché par des lésions des nerfs sensibles de la colonne vertébrale inférieure provoquées par une contusion (généralement prolongée). Les ecchymoses des nerfs menant au syndrome de Kauda peuvent à leur tour être causées par divers déclencheurs. D'une part, il peut s'agir d'un hernie discale, d'autre part, métastases dans la zone de la colonne vertébrale inférieure peut être responsable du motif des dommages. Une lésion osseuse, une poussée hors des vertèbres individuelles, qui appuient ensuite sur le fibre nerveuse complexe ou vertébral fracture sont également des causes possibles. Malheureusement, l'écrasement typique des fibres nerveuses qui causent alors le syndrome de Kauda se produit également dans certains cas lors d'interventions chirurgicales.

Symptômes, plaintes et signes

Au fur et à mesure de sa progression, le syndrome de Kauda se manifeste par une série de symptômes et de plaintes qui apparaissent soudainement et conduire aux troubles chroniques dans un court laps de temps. La plupart des gens ont initialement un dos non spécifique douleur ou des troubles sensoriels dans le bas du dos. Souvent, des symptômes de paralysie des bras et des jambes sont ajoutés. Si la contusion n'est pas traitée rapidement, une paralysie permanente peut en résulter. Le pincement des nerfs peut également entraîner une perte de vessie et le contrôle des intestins. Les patients développent généralement également un la douleur chronique syndrome qui limite considérablement leur qualité de vie. Le syndrome de Kauda se présente généralement de manière aiguë. Il est souvent précédé d'une sévère hernie discale, une blessure osseuse ou métastases. Extérieurement, le syndrome n'est pas reconnaissable. Cependant, à mesure que la maladie progresse, elle peut conduire à une mauvaise posture, une amplitude de mouvement limitée et d'autres symptômes visibles de l'extérieur. Si le syndrome de Kauda survient lors d'une opération, les symptômes apparaissent assez soudainement et augmentent rapidement en intensité. S'ils ne sont pas traités ou traités trop tard, les nerfs sont définitivement endommagés. Cela peut conduire à incontinence, des problèmes circulatoires et, dans le pire des cas, paraplégie, entre autres symptômes.

Diagnostic et cours

Le syndrome de Kauda est l'une des conditions médicales les plus dangereuses pouvant survenir chez l'homme et doit être traitée immédiatement. En effet, si la décompression chirurgicale des fibres nerveuses écrasées n'est pas effectuée dans les six premières heures suivant l'apparition des symptômes typiques, les symptômes (par exemple, paralysie et troubles sensoriels des jambes et perte de contrôle de la vessie et de l'intestin) ) deviennent généralement chroniques et ne régressent que partiellement dans de rares cas exceptionnels. Par conséquent, le diagnostic du syndrome de Kauda joue un rôle central. Dès l'apparition des signes du syndrome de Kauda, ​​le diagnostic doit être posé immédiatement. Examens neurologiques (par exemple, vérifier le tendon d'Achille or réflexe du tendon rotulien, test de la sensibilité dans les régions touchées et le muscle sphincter) en conjonction avec des procédures d'imagerie telles que la tomographie par ordinateur ou l'IRM peuvent être utilisées pour le diagnostic.Une fois diagnostiqué, le syndrome de Kauda doit être traité immédiatement.

Complications

Dans la plupart des cas, le syndrome de Kauda survient en conjonction avec un hernie discale. Cela entraîne des limitations significatives dans les mouvements et la vie quotidienne du patient. Si le traitement n'est pas recherché rapidement, les nerfs peuvent être endommagés de manière irréversible, entraînant des limitations importantes dans la vie du patient. Le pincement des nerfs entraîne généralement une paralysie ou divers troubles de la sensibilité. Les personnes touchées souffrent de mal au dos et une paralysie sévère des jambes. Il n'est donc pas rare que les patients soient dépendants d'un fauteuil roulant et aussi de l'aide d'autres personnes dans leur vie quotidienne. Dans le même temps, les paralysies peuvent également entraîner un inconfort psychologique considérable ou Dépression. Il n'est pas rare que les personnes touchées soient également aux prises avec des pensées suicidaires. La qualité de vie est considérablement réduite par le syndrome de Kauda. En règle générale, le traitement doit être administré dans les quelques heures suivant la première apparition du syndrome de Kauda. Il peut ne pas être possible de sauver des nerfs dans le processus. Si le traitement est retardé, il en résulte généralement des dommages irréversibles, laissant les patients avec des limitations pour le reste de leur vie. Cependant, l'espérance de vie n'est pas réduite par le syndrome de Kauda.

Quand devriez-vous voir un médecin?

Une douleur soudaine dans le bas du dos est considérée comme un signe d'avertissement de l'organisme. Ils doivent être examinés et traités immédiatement afin qu'il n'y ait pas d'augmentation de l'inconfort et qu'aucune déficience permanente ne se développe. Les anomalies de la colonne lombaire sont considérées comme inquiétantes et doivent être clarifiées par un spécialiste. Si la douleur s'étend dans la région anale de la personne affectée, une visite chez le médecin est nécessaire immédiatement. En cas de paralysie, de restriction de la mobilité habituelle ou de perte du niveau de performance physique habituel, un médecin est nécessaire pour des examens complémentaires et la recherche de la cause des plaintes. La personne touchée doit se détendre immédiatement après l'apparition de la douleur et n'effectuer que des mouvements lents jusqu'à ce qu'une attention médicale soit recherchée. Les troubles de la sensibilité, l'engourdissement ou l'hypersensibilité au toucher du bas du dos doivent être étudiés et traités. Si une contusion au dos est survenue à la suite d'un accident, d'une chute ou d'une agression physique, une visite chez le médecin est nécessaire. Des procédures d'imagerie seront utilisées pour évaluer la région endommagée afin que les mesures nécessaires puissent être prises pour fournir des soins médicaux. Si les hommes éprouvent également une perturbation de la puissance, ce symptôme est alarmant. Un médecin doit être consulté dans les plus brefs délais. Si une gêne s'installe lors de la vidange de l'intestin ou un rein, une visite chez le médecin est également nécessaire.

Traitement et thérapie

Si le syndrome de Kauda a été diagnostiqué, une intervention neurochirurgicale est indiquée le plus tôt possible pour décompresser les fibres nerveuses touchées par la contusion. Cette chirurgie doit être pratiquée dans les six premières heures suivant l'apparition d'un ou plusieurs symptômes du syndrome de Kauda pour éviter des dommages permanents aux nerfs. Si l'intervention arrive trop tard et que la contusion a déjà irrémédiablement endommagé les nerfs, les symptômes du syndrome de Kauda ne régressent pas mais restent chroniques. Les patients atteints souffrent alors de paralysie et d'engourdissement et perdent généralement le contrôle de la vessie et des intestins. Ce n'est que dans de très rares cas que la stimulation des nerfs endommagés peut permettre de reprendre un contrôle partiel sur les zones touchées du corps.

Perspectives et pronostics

Le pronostic du syndrome de Kauda dépend du trouble déclencheur. Si les ecchymoses des nerfs peuvent être soulagées en corrigeant les vertèbres avec des manipulations professionnelles, il y a généralement un soulagement en peu de temps. Dans le cas d'un fracture, contusion ou compression du os, il y a aussi de bonnes chances de guérison. Cela prend du temps de repos et d'économie, ainsi que optimiser du processus de régénération, jusqu'à ce qu'une amélioration soit observée. L'évolution de la maladie et le pronostic s'aggravent si métastases se sont formés dans l'organisme. Si ceux-ci sont responsables en tant que cause causale des plaintes, cancer thérapie doit être réalisée.La perspective d'une cure dépend du stade de la cancer. Dans les cas graves et en cas de développement avancé, le patient est menacé de mort prématurée. Dans le cas d'une hernie discale particulièrement sévère, le pronostic est également pire. Une amélioration de santé peut être réalisé par une intervention chirurgicale. La chirurgie est associée à divers risques et effets secondaires. En outre, diverses complications peuvent survenir au cours de la poursuite de la guérison, ce qui a un impact sur le pronostic du syndrome de Kauda. Il existe une possibilité d'évolution chronique de la maladie. Cela conduit à une restriction considérable de la qualité de vie ainsi que de la gestion de la vie quotidienne et peut déclencher des séquelles psychologiques.

Prévention

Il n'existe actuellement aucune prévention efficace connue du syndrome de Kauda. Cependant, il est certainement utile d'être actif dans le sport, de ne pas mettre trop de poids sur la balance et d'avoir des muscles du tronc forts afin de minimiser le risque de souffrir d'une hernie discale. Cependant, il reste essentiel de consulter immédiatement un médecin dès l'apparition des premiers symptômes du syndrome de Kauda - et ainsi au moins d'éviter que les symptômes du syndrome de Kauda ne deviennent chroniques.

Suivi

Dans la plupart des cas, les mesures des soins de suivi pour le syndrome de Kauda sont très limités. Ici, d'abord et avant tout, la personne touchée doit consulter un médecin très tôt afin d'éviter toute complication ou même d'autres plaintes. Seule une détection précoce de la maladie peut empêcher une aggravation supplémentaire des symptômes. Idéalement, les personnes touchées devraient déjà avoir consulté un médecin dès les premiers signes du syndrome de Kauda. L'auto-guérison ne peut pas se produire avec cette maladie. Cette maladie nécessite généralement une intervention chirurgicale immédiate pour éviter une paralysie permanente chez la personne touchée. Après une telle opération, les activités intenses, stressantes ou physiques doivent être évitées à tout prix. De nombreux patients sont également dépendants de l'aide et du soutien de leur propre famille dans leur vie quotidienne, grâce à quoi des conversations intensives et aimantes peuvent également avoir un effet positif sur le cours ultérieur et aussi sur le condition de la personne concernée. De même, les mesures d'un physiothérapie sont nécessaires, de sorte que de nombreux exercices d'un tel thérapie peut également être répété dans votre propre maison. Dans la plupart des cas, le syndrome de Kauda ne limite pas l'espérance de vie de la personne touchée.

Ce que tu peux faire toi-même

Une action immédiate est requise en cas de survenue du syndrome de Kauda. La personne affectée doit consulter un médecin dès les premiers symptômes et faire clarifier les symptômes. Si la contusion est traitée suffisamment tôt, la colonne vertébrale peut être rechargée relativement rapidement après la procédure. Cependant, le repos est recommandé pendant les deux à trois premières semaines. Le travail physique, en particulier celui qui pourrait fatiguer les disques intervertébraux, doit être strictement évité. Accompagnant les soins de suivi, les causes de la contusion doivent être déterminées. Souvent, une tumeur est causale, ce qui doit être diagnostiquée et traitée. Si le syndrome de Kauda est basé sur une mauvaise posture chronique, les mesures sont indiqués. Dans la plupart des cas, stress doit également être réduit. Si le traitement de la contusion est trop tardif, permanent dégâts nerveux a généralement déjà eu lieu. La paralysie qui en résulte doit être traitée avec physiothérapie. La mesure d'auto-assistance la plus importante consiste à réduire les restrictions quotidiennes au moyen de SIDA et une installation accessible aux personnes handicapées. Le conseil thérapeutique aide la personne affectée à accepter la nouvelle situation de vie. De plus, il est logique de visiter un groupe d'entraide, car parler à d'autres personnes touchées facilite grandement la gestion d'un handicap.