Medulla Oblongata : structure et fonction

Qu'est-ce que la moelle allongée?

La moelle oblongate (myélencéphale, post-cerveau) est la zone la plus basse et la plus reculée du cerveau. Après la transition de la moelle épinière, elle s'épaissit en forme d'oignon et se termine au niveau du pont. Le myélencéphale contient les noyaux des nerfs crâniens et est donc à l'origine des nerfs crâniens VII à XII, qui émergent de la surface antérieure de la moelle allongée.

En plus d'une fissure qui traverse le milieu, sur la surface antérieure de la moelle allongée se trouve la pyramide, qui se rétrécit vers le bas et tire en partie dans le cordon latéral, traverse en partie la ligne médiane et une autre partie tire dans le cordon antérieur. En plus de la pyramide, à l'avant de la moelle allongée se trouve l'olive, qui contient le noyau de l'olive, la matière grise, à l'intérieur.

Sur la face postérieure du myélencéphale continue le cordon postérieur, qui s'est divisé en deux dans la moelle cervicale. Les deux brins s'élargissent progressivement et forment deux épaississements dans la moelle oblongate contenant les noyaux des brins postérieurs. Ce sont les stations de commutation vers un neurone des voies postérieures de la moelle.

Quelle est la fonction de la moelle allongée ?

La moelle allongée contient d'importants centres de régulation pour la respiration et la circulation sanguine, ainsi que des centres réflexes pour le réflexe de déglutition et de succion, le réflexe de toux, d'éternuement et de nausée, et le centre du vomissement.

Respiration

Les mouvements respiratoires sont contrôlés par des groupes de neurones situés dans la moelle allongée. L'activité respiratoire rythmique se produit à travers un circuit complexe de neurones respiratoires dans la moelle oblongate qui se favorisent et s'inhibent mutuellement. Un rythme respiratoire basal est assuré par le centre respiratoire, qui peut être adapté aux besoins respectifs des centres cérébraux supérieurs et de la périphérie du corps.

Par exemple, pendant une activité physique, il faut respirer plus fort pour pouvoir répondre à la demande accrue en oxygène. Ainsi, les informations sont transmises au centre respiratoire de la moelle oblongate via les mécanorécepteurs des articulations et des muscles pour augmenter la pulsion respiratoire.

Système nerveux sympathique et parasympathique

Les nerfs périphériques ont une activité basique, un tonus sympathique. Ceci est déterminé par des voies provenant de la moelle oblongate et s'étendant dans la moelle épinière via les moelles postérieures. Si ce centre de contrôle du système nerveux sympathique dans la moelle allongée est stimulé, les nerfs sympathiques et les organes associés sont activés en conséquence. Cela se traduit par exemple par une augmentation de la pression artérielle.

A l’inverse, l’inhibition de ce centre de contrôle entraîne une diminution de l’activité des nerfs sympathiques, entraînant par exemple une baisse de la tension artérielle.

La digestion dans l'intestin grêle est régulée, entre autres, par le tonus musculaire de la paroi intestinale et les fibres nerveuses de la paroi intestinale. Les fibres du système nerveux parasympathique attirent les ganglions excitateurs et inhibiteurs. La fonction prédominante – excitatrice ou inhibitrice – est déterminée dans les noyaux nerveux de la moelle allongée (et dans la moelle épinière inférieure).

Circuit

Mâcher et avaler

La moelle allongée contient les centres qui contrôlent la mastication et la déglutition et donc la prise alimentaire. Au-dessus de ceux-ci se trouvent deux centres, le centre de l'alimentation et le centre de satiété dans les noyaux de l'hypothalamus. La mastication et le début de la déglutition sont contrôlés par les nerfs crâniens qui émergent de la moelle allongée (nerf trijumeau, nerf hypoglosse et nerf vague).

Équilibre basique acide

La moelle allongée contient des récepteurs chimiosensibles qui régulent l’équilibre acido-basique du corps.

Autres

Les voies descendantes reliant le cerveau à la moelle épinière passent par le myélencéphale et les voies ascendantes sont inversées ici.

Les fibres nerveuses responsables de la sensibilité épicritique – sensations fines de température et de toucher, sensation de mouvement et de position, sensation de force et reconnaissance de forme – se terminent dans les noyaux du cordon postérieur, le noyau gracilis et le noyau cuneatus.

Les noyaux olive de la moelle allongée coordonnent la motricité fine.

Où se trouve la moelle oblongate ?

Quels problèmes le bulbe rachidien peut-il causer ?

Un médulloblastome est une tumeur maligne du cervelet qui se développe rapidement et est indifférenciée. Il déplace la moelle oblongate en raison de sa croissance en taille. Le médulloblastome se développe préférentiellement pendant l'enfance et l'adolescence, en particulier entre la septième et la douzième année de la vie. Les principaux symptômes sont des vomissements et un trouble de la coordination des mouvements (ataxie) avec une tendance à tomber en arrière.

Un infarctus du bulbe rachidien peut être provoqué par une occlusion d'un vaisseau sanguin important (Arteria cerebelli inférieure postérieure) à la transition du pont dans le bulbe rachidien. Les symptômes possibles comprennent des maux de tête, un rythme cardiaque rapide, un essoufflement, des vertiges rotatoires et une tendance aux chutes, des tremblements oculaires, des troubles de la démarche, des troubles de la déglutition et de la parole, ainsi que des troubles sensoriels dus à la paralysie du trijumeau.

La perturbation du flux sanguin dans la moelle oblongate, comme cela se produit dans l'ischémie cérébrale, conduit à l'activation du système nerveux sympathique. La même chose se produit lorsqu'une hémorragie soudaine occupe de l'espace dans le cerveau et déplace les tissus cérébraux : l'activité sympathique augmente et la pression artérielle augmente (réflexe de Cushing).