Nutrition pour les rhumatismes

Le rôle de la nutrition dans les rhumatismes

La nutrition joue un rôle important dans les rhumatismes (comme la polyarthrite rhumatoïde). Il ne peut remplacer un traitement médicamenteux, physiothérapeutique et/ou chirurgical. Cependant, ce que vous mangez et buvez quotidiennement peut avoir une influence positive sur l’évolution de la maladie et sur votre bien-être. Il y a plusieurs raisons à cela:

Manger pour lutter contre l'inflammation

Les antioxydants protègent les cellules

L'inflammation produit un grand nombre de « radicaux libres ». Ce sont des composés oxygénés agressifs qui endommagent par exemple les tissus des articulations et des structures voisines. Les antioxydants tels que la vitamine C, la vitamine E, le zinc et le sélénium aident à contrecarrer ce phénomène : ils peuvent neutraliser les radicaux oxygénés et les rendre ainsi inoffensifs. Les aliments à base de plantes, en particulier, contiennent de grandes quantités de ces « piégeurs de radicaux ».

Minéraux et vitamines pour des os solides

L'atrophie osseuse (ostéoporose) est une maladie osseuse chronique courante. Comme de nombreuses maladies, elle appartient également au groupe rhumatismal. Il s’agit également d’une maladie concomitante et secondaire courante d’autres maladies rhumatismales. L’alimentation doit donc fournir dès le départ suffisamment de minéraux et de vitamines dont le corps a besoin pour avoir des os solides.

Les besoins en vitamine D ne sont que partiellement couverts par l'alimentation (hareng, saumon, jaune d'oeuf, champignons...). La contribution majeure est apportée par la propre production de la peau grâce à la lumière du soleil.

Besoins énergétiques modifiés

Cependant, avec une alimentation adaptée associée à une activité physique adaptée – dans laquelle la protection des articulations est particulièrement importante – les patients peuvent contrecarrer la croissance des amas graisseux.

Existe-t-il un régime spécial rhumatismes ?

En résumé, il n’est pas encore possible d’évaluer de manière concluante l’efficacité de régimes spécifiques contre les rhumatismes. Néanmoins, quelques recommandations générales peuvent être formulées en matière de nutrition en cas de rhumatisme. Ils peuvent aider à soulager les symptômes liés à l’inflammation, à prévenir les maladies concomitantes telles que l’ostéoporose et à améliorer l’état de santé général.

Une alimentation saine et équilibrée est généralement recommandée en cas de rhumatismes. Il y a de fortes chances que le corps obtienne tous les nutriments dont il a besoin en quantité suffisante – après tout, aucun aliment ne contient tous les glucides, protéines, graisses, vitamines et minéraux (en vrac et oligo-éléments), y compris les antioxydants. La variété dans l’assiette est donc saine – même pour les personnes qui ne souffrent pas de rhumatismes.

Ne mangez que des aliments d’origine animale avec modération ! Ce conseil s’applique à toutes les maladies rhumatismales inflammatoires, pas seulement à la polyarthrite rhumatoïde. La raison : une alimentation composée en grande partie de viande et de charcuterie, de lait et de produits laitiers ainsi que d’œufs peut alimenter les processus inflammatoires. Les aliments d'origine animale contiennent de l'acide arachidonique. Cet acide gras oméga-6 produit des substances messagères favorisant l’inflammation dans le corps, appelées eicosanoïdes.

Alimentation

Teneur en acide arachidonique

par portion

par 100 g

Ragoût de poulet

1600 mg (pour 400 g)

400 mg

Soupe de poulet

1095 mg (pour 150 g)

730 mg

Poulet rôti

851 mg (pour 370 g)

230 mg

Croissant

749 mg (pour 70 g)

1070 mg

Foie de porc

650 mg (pour 125 g)

520 mg

Côte de veau

480 mg (pour 150 g)

320 mg

Goulasch de porc

345 mg (pour 155 g)

230 mg

Veau

330 mg (pour 150 g)

220 mg

Burger de poulet

270 mg (pour 150 g)

180 mg

Saindoux

255 mg (pour 15 g)

1700 mg

Anguille

225 mg (pour 150 g)

150 mg

Jarret de porc

150 mg (pour 300 g)

50 mg

omelette

84 mg (pour 140 g)

Gyros

62.5 mg (pour 125 g)

50 mg

de bœuf

60 mg (pour 150 g)

40 mg

de jaunes d'œufs

38 mg (pour 19 g)

200 mg

Oeuf

36 mg (pour 60 g)

60 mg

Chasseur de campagne

30 mg (pour 30 g)

100 mg

Lait (1.5 % de matière grasse)

15 mg (pour 150 g)

10 mg

Source : DEBInet « Rhumatismes – Nutrition »

Éviter complètement les produits d’origine animale ?

Par ailleurs, les aliments d’origine végétale ne contiennent pas d’acide arachidonique. C'est pourquoi certains patients atteints de rhumatismes suivent un régime végétarien. Il existe différentes variantes de ce régime :

  • Les lacto-végétariens disent « non » à la viande, au poisson et aux œufs, mais pas au lait et aux produits laitiers.
  • Les ovo-lacto-végétariens s'autorisent du lait, des produits laitiers et des œufs en plus des aliments d'origine végétale.
  • Les pesco-végétariens (ou pescariens) combinent leur alimentation par ailleurs purement végétale avec du poisson et des fruits de mer.

La prudence est de mise en cas de rhumatismes inflammatoires très actifs tels que la polyarthrite rhumatoïde : cela peut entraîner une dégradation accrue des protéines ! Il n’est donc pas conseillé d’éviter totalement les aliments d’origine animale et donc les protéines animales. La viande est également une source importante de fer.

Régime rhumatisme : que faut-il manger ?

Les huiles végétales telles que l'huile de lin, de colza, de soja, de noix et de germe de blé apportent également une contribution précieuse à l'alimentation contre les rhumatismes. Ce sont de bonnes sources d’acide alpha-linolénique. Il s’agit d’un acide gras oméga-3 qui est converti dans l’organisme en acide eicosapentaénoïque – un autre acide gras oméga-3. Ces acides gras neutralisent les processus inflammatoires (contrairement aux acides gras oméga-6), ils doivent donc absolument faire partie d'un régime alimentaire contre les rhumatismes.

Les épices doivent également être incluses dans le régime alimentaire contre les rhumatismes : le curry, l'ail, le carvi et le gingembre ont un effet anti-inflammatoire. Ils ne conviennent donc pas uniquement pour affiner les plats pour des raisons de goût.

Polyarthrite rhumatoïde : café et alcool

Le café peut constituer une partie de votre consommation quotidienne. Cependant, vous devez principalement couvrir vos besoins en liquides avec de l'eau ou des tisanes ou des tisanes de fruits non sucrées.

Il est préférable de discuter avec votre médecin si et quelle quantité d'alcool est recommandée dans votre cas.

Nutrition des rhumatismes : conseils en un coup d'œil

  • Évitez les aliments gras d'origine animale comme le saindoux, le foie de porc, le jaune d'œuf, les viandes et les saucisses grasses. Une ou deux portions de viande ou de saucisses suffisent. Évitez de manger plus de quatre jaunes d’œufs par semaine.
  • Lorsqu'il s'agit de lait et de produits laitiers, il est préférable de choisir des variétés faibles en gras (par exemple lait écrémé, yaourt écrémé).
  • Privilégiez les graisses végétales lors de la cuisson et de la préparation des aliments. Les huiles végétales riches en acides gras oméga-3 sont particulièrement recommandées. C’est le cas par exemple de l’huile de noix, de lin, de soja et de colza. Ces deux derniers fournissent également beaucoup de vitamine E, un antioxydant important.
  • Lorsqu'il s'agit de céréales et de produits céréaliers (comme la farine, le pain, les pâtes et le riz), optez pour la variété complète. Cela fournit des vitamines, des minéraux et des fibres, qui manquent dans la variante à base de farine blanche. Les grains entiers vous permettent également de vous sentir rassasié plus longtemps.
  • Dans la mesure du possible, mangez des plats fraîchement préparés plutôt que des plats préparés. Ces derniers contiennent généralement des acides gras saturés, du sucre caché, beaucoup de sel, des conservateurs et des arômes – qui ne sont tous pas très sains.

Tenez compte de vos goûts et de vos aversions lors du choix de vos repas. Aussi sain que le poisson puisse l’être pour la polyarthrite rhumatoïde, si vous ne l’aimez pas, vous ne devriez pas vous forcer à manger régulièrement de la salade de hareng ou des sandwichs au poisson. Les capsules d’huile de poisson pourraient être une alternative. Vous pouvez discuter de la quantité avec votre médecin.