Carcinome rectal : symptômes et traitement

Bref aperçu : le cancer rectal

  • Qu'est-ce que le cancer rectal ? Cancer du côlon dans la dernière partie du gros intestin
  • Comment se développent les carcinomes rectaux ? Principalement des polypes intestinaux initialement bénins (principalement des adénomes)
  • Fréquence : environ 25,000 XNUMX personnes développent un nouveau cancer rectal chaque année, les hommes un peu plus souvent
  • Symptômes : Sang dans les selles, selles douloureuses, parfois modifications des selles, selles crayon plus tardives, selles et vents involontaires, douleurs sacrées.
  • Causes : mauvaise alimentation (peu de fibres, beaucoup de viande et de graisse), manque d'exercice, obésité, alcool, nicotine, facteurs génétiques, maladie inflammatoire chronique de l'intestin.
  • Traitement : radiothérapie et chirurgie pour guérir, souvent en association avec une chimiothérapie ; parfois une sortie intestinale artificielle

Cancer rectal : description.

Chez de nombreux patients atteints d'un cancer colorectal, la tumeur est située dans le rectum ou le rectum. C'est la dernière section de l'intestin avant l'anus. Il mesure environ 15 à 18 centimètres de long et joue un rôle crucial dans la défécation.

Cancer rectal : causes et facteurs de risque

Le cancer rectal se développe généralement à partir de tumeurs bénignes de la muqueuse intestinale, appelées polypes intestinaux. De tels polypes se trouvent dans les intestins de très nombreuses personnes. Dans la plupart des cas, ils restent inoffensifs. Cependant, ils peuvent aussi dégénérer au fil des années et évoluer en cancer – un carcinome rectal se développe.

Une tumeur cancéreuse se développe rapidement et de manière incontrôlable. Il envahit les tissus sains environnants et les détruit. En outre, certaines cellules cancéreuses peuvent se propager dans tout le corps via les canaux sanguins et lymphatiques et former des tumeurs filles (métastases) ailleurs, par exemple dans les ganglions lymphatiques, les poumons ou le foie.

Prédisposition génétique

Parfois, le cancer rectal est héréditaire. Cela suggère qu'il existe une prédisposition génétique au cancer rectal dans ces familles : les personnes touchées ont un risque accru de développer un cancer rectal dû à des polypes intestinaux bénins dans le rectum.

Conditions préexistantes

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin augmentent également le risque de cancer rectal (et d’autres tumeurs malignes de l’intestin). Cela est particulièrement vrai pour la colite ulcéreuse. Selon les connaissances actuelles, le diabète sucré augmente également le risque de cancer colorectal.

Mode de vie malsain

Très souvent, un mode de vie malsain contribue au développement du cancer rectal et du cancer colorectal en général : le manque d'exercice, le surpoids et une mauvaise alimentation augmentent le risque de cancer.

En particulier, une grande consommation de viande rouge, de saucisses transformées, un régime riche en graisses et peu de fibres sont considérés comme des facteurs de risque de cancer rectal et d'autres formes de cancer colorectal. Il en va de même pour la nicotine et l'alcool.

La consommation régulière de légumes et de fruits ainsi qu'une alimentation faible en gras, pauvre en viande et riche en fibres et une activité physique régulière réduisent le risque de cancer colorectal (y compris le cancer rectal) !

Âge

Un autre facteur de risque commun à toutes les formes de cancer colorectal est l’âge : le risque de maladie augmente avec l’âge. Ainsi, l'âge médian d'apparition au moment du diagnostic est d'environ 71 ans (hommes) ou 75 ans (femmes).

Cancer rectal : symptômes

Tout changement dans les habitudes intestinales n’est pas forcément synonyme de cancer. Cependant, toute anomalie persistante devrait être clarifiée par un médecin !

Symptômes généraux

Le cancer rectal peut également provoquer des symptômes généraux. Par exemple, de nombreux patients ressentent une diminution de leurs performances et de la fatigue. Certains patients signalent également une perte de poids non désirée ou de la fièvre.

Anémie

Des symptômes d'anémie surviennent également souvent. Ceux-ci incluent, par exemple, la pâleur, une diminution de la tolérance à l'exercice et des palpitations. L'anémie survient parce que le cancer rectal saigne facilement et souvent.

Selles en forme de crayon et occlusion intestinale

Si le cancer rectal est avancé, il peut rétrécir le passage à travers le rectum. Les selles apparaissent alors fines comme un crayon (« selles de crayon »). Si la tumeur continue de croître, il existe un risque d'occlusion intestinale (iléus).

Douleur

En plus de la douleur lors des selles, des douleurs peuvent également survenir dans le bas-ventre ou le sacrum. Si les cellules cancéreuses se sont propagées dans tout le corps (métastases), les tumeurs filles provoquent d'autres symptômes. Les métastases hépatiques, par exemple, provoquent des douleurs abdominales hautes du côté droit, tandis que les métastases pulmonaires provoquent de la toux et des difficultés respiratoires.

Si vous remarquez des anomalies dans vos selles, il est préférable de contacter d'abord votre médecin de famille. Si nécessaire, il vous orientera vers un spécialiste. Il s'agit généralement d'un gastro-entérologue, d'un proctologue ou d'un chirurgien viscéral.

Antécédents médicaux

Si un cancer rectal est suspecté, le médecin vous posera d’abord des questions détaillées sur vos antécédents médicaux. Par exemple, il vous demandera de décrire vos symptômes en détail, de vous poser des questions sur d'éventuelles maladies antérieures ou sous-jacentes et sur votre mode de vie. Il vous demandera également s'il existe des cas antérieurs de cancer colorectal dans votre famille (antécédents familiaux).

Examen physique

La prochaine étape est un examen physique. D’une part, cela permet au médecin de mieux évaluer votre état général. D'autre part, il recherche d'éventuelles indications de cancer. Cela comprend un examen digital-rectal : le médecin palpe votre rectum avec un doigt à travers l'anus. Chez certains patients, un cancer rectal peut être palpé au cours de cette procédure.

coloscopie

Lors d'une coloscopie, le médecin peut retirer directement les polypes intestinaux et prélever de petits échantillons de tissus (biopsies) sur des sites muqueux suspects. Les pathologistes les examinent ensuite au microscope.

Échographie du rectum

Pour un examen plus approfondi, le médecin réalise parfois également une échographie du rectum. Dans cette échographie dite endorectale, l'examinateur pousse la sonde à ultrasons à travers l'anus jusqu'au rectum, comme lors d'une coloscopie. De cette façon, il peut mieux évaluer les différentes couches de la paroi intestinale et les organes voisins.

Examens de mise en scène

Un examen détaillé de l’intestin et l’analyse des échantillons de tissus prélevés suffisent pour diagnostiquer avec certitude le cancer rectal. Si la suspicion est confirmée, le médecin ordonne des examens complémentaires, appelés bilans. Cela sert à déterminer l’emplacement exact et la taille de la tumeur ainsi que sa propagation dans le corps.

Si les femmes soupçonnent que le cancer rectal s'est propagé au vagin ou à l'utérus, un examen gynécologique est nécessaire.

Cancer rectal : traitement

Le traitement exact du cancer rectal est adapté à chaque patient individuellement. Le stade de la tumeur, l'âge et l'état général du patient ainsi que les éventuelles maladies concomitantes jouent un rôle.

Classification basée sur l'emplacement

Une première classification est également faite selon la localisation du cancer rectal dans le rectum. Pour ce faire, les médecins divisent le rectum en tiers et mesurent à partir de l'anus. Il en résulte un cancer rectal du tiers inférieur (0 à 6 centimètres), du tiers moyen (6 à 12 cm) et du tiers supérieur (12 à 18 cm). Les médecins traitent souvent le cancer du rectum du tiers supérieur comme un cancer du côlon.

#

Actuellement, la seule façon de guérir le cancer rectal est la chirurgie. Le chirurgien enlève la tumeur aussi complètement que possible lors de ce qu'on appelle une résection rectale antérieure profonde (TAR).

Dans la plupart des cas, le chirurgien crée un anus artificiel (anus praeter ou stomie). Il sert dans un premier temps à protéger le site opératoire (stomie de protection) et peut être reculé après un certain temps. Cependant, si le médecin a dû retirer des parties du muscle sphincter, l’orifice intestinal artificiel devra peut-être rester en permanence.

Radiothérapie et chimiothérapie

Pour le cancer rectal à un stade précoce, la chirurgie constitue généralement un traitement suffisant. Si la tumeur est plus avancée, les patients reçoivent une radiothérapie ou une radiothérapie et une chimiothérapie combinées (radiochimiothérapie) avant la chirurgie.

Ils peuvent réduire la tumeur et parfois éviter de devoir retirer le sphincter anal. Ce traitement néoadjuvant réduit également le risque de récidive. Le cancer rectal est moins susceptible de récidiver.

La chimiothérapie ou la radiochimiothérapie peuvent également être utiles après une intervention chirurgicale : les cellules cancéreuses restantes dans l'organisme peuvent ainsi être tuées (traitement adjuvant).

Traitement des métastases

Parfois, un cancer rectal avancé provoque des métastases dans d’autres parties du corps, comme le foie et les poumons. Si possible, les médecins les enlèvent chirurgicalement – ​​comme le cancer rectal lui-même. Si les médecins ne peuvent pas pratiquer d’intervention chirurgicale, d’autres options sont disponibles pour les métastases hépatiques (laser, congélation, cuisson à chaud).

Apprenez-en davantage sur le traitement dans notre article Métastases hépatiques.

Traitement palliatif

Dans certains cas, le cancer rectal a tellement progressé que les médecins ne peuvent plus opérer le cancer lui-même ou ses métastases. Ensuite, les professionnels de la santé tentent de contenir la propagation le plus longtemps possible.

Ce traitement palliatif retarde l’apparition des symptômes et, idéalement, augmente la qualité de vie restante. Généralement, les médecins ont recours à la chimiothérapie à cette fin.

Cancer rectal : évolution et pronostic

Alors profitez du dépistage du cancer ! Plus le cancer est détecté tôt, meilleur est le pronostic.

De cette manière, le cancer rectal peut souvent être détecté tôt et traité à temps. Parlez également à vos proches des maladies malignes dans la famille. Cela vous aidera à mieux évaluer votre risque, ainsi que celui de vos proches.

Vous pouvez en savoir plus à ce sujet dans notre article sur le dépistage du cancer colorectal.

Un mode de vie sain réduit également le risque de cancer. Faire suffisamment d’exercice, suivre un régime riche en fibres et s’abstenir de consommer de la nicotine sont des premières étapes importantes.

Si vous avez été atteint d'un cancer rectal, il est important de vous soumettre à des examens de suivi réguliers, même après la réussite du traitement. Toute récidive du cancer rectal peut alors être détectée et traitée à un stade précoce.

De plus amples informations sur le cancer colorectal et le dépistage du cancer colorectal sont disponibles sur le site Internet de la Fondation Felix Burda (www.felix-burda-stiftung.de).