Honte: fonction, tâches, rôle et maladies

La honte, ou la honte, est une émotion humaine fondamentale, tout comme la tristesse ou la joie. Dans la mythologie chrétienne et musulmane, la honte est apparue pour la première fois après qu'Adam et Eve ont mangé des fruits de l'arbre de la connaissance et ont pris conscience de leur nudité.

Qu'est-ce que la honte?

La honte, ou la honte, est une émotion humaine de base, tout comme la tristesse ou la joie. D'un point de vue psychologique, la honte est étroitement liée à ses propres dispositions morales acquises par la socialisation. Il se déclenche chez les individus de deux manières différentes. D'une part, la honte peut être évoquée par les actions ou les paroles d'une autre personne. Des exemples de ce sentiment d'inconfort ou de gêne d'origine étrangère comprennent les insultes qui frappent une personne à un moment très privé et sensible. Les actions honteuses d'un tiers peuvent également traverser les frontières personnelles. Très souvent, ces actions sont liées à la sexualité ou à l'image de soi sexuelle de la personne concernée. La deuxième catégorie de honte est davantage liée à ses propres pensées ou actions et au fait de savoir qu'elles doivent être considérées comme embarrassantes. Le sentiment de honte qui en découle peut être considéré comme une émotion acquise ou même une autorégulation. Dans le cadre de cette autorégulation, son propre corps ou même ses propres pensées sont souvent considérés comme occupés par la honte.

Fonction et tâche

La honte est une émotion humaine très puissante. Si le moment d'embarras est très désagréable pour les personnes impliquées et pour leur entourage, d'un point de vue sociologique, le sentiment de honte présente de nombreux avantages. Il marque les frontières d'une société et veille à ce qu'elles ne soient pas franchies. Dans la plupart des sociétés, par exemple, la possession d'une propriété privée est considérée comme un droit personnel. Le vol est considéré comme une invasion de l'espace personnel d'autrui, et pour cette raison est sujet à la honte. La peur de la honte à elle seule garantit que de nombreuses personnes refusent de voler, même si elles ne peuvent pas l'expliquer rationnellement. Le soi-disant Fremdschämen, c'est-à-dire la honte pour le comportement d'autrui, peut également être considéré en principe comme positif. Pour ressentir de la honte pour une autre personne, peut-être un parfait inconnu, un certain degré d'empathie est nécessaire. Ce n'est que lorsque l'autre personne est perçue comme humaine ou comme un égal qu'il est possible de se mettre à sa place. La honte étrangère démontre la compassion et garantit que les membres individuels d'une société garantissent la mise en œuvre des règles et des déguisements moraux. De plus, les personnes qui éprouvent rapidement de la honte sont perçues comme émotionnelles et empathiques. Les personnes qui ont rarement honte, en revanche, ont la réputation d'être insensibles et égoïstes. Et la philosophie s'intéresse également à la signification sociale positive de la honte. L'existentialiste français Jean Paul Sartre, par exemple, considère la honte comme un processus de cognition. Ce n'est que dans des situations occupées par la honte qu'il devient clair que les humains sont formés et définis avant tout par la vue et les opinions de leurs semblables. L'existence de la honte montre que les membres d'une société sont interdépendants et affectent également d'autres personnes par leurs actions.

Maladies et affections

Malgré les effets positifs de la honte, un excès de honte peut aussi rendre les gens malades. Les effets physiques légers de la honte sont familiers et communs à tout le monde. Cœur palpitations, transpiration et augmentation sang les pressions sont des effets immédiats de ce qui est perçu comme de la gêne qui passe généralement rapidement. Un sentiment de honte trop fort peut cependant affecter gravement la qualité de vie d'un individu. Fondamentalement, un sentiment de honte prononcé va de pair avec un complexe d'infériorité. Les personnes qui éprouvent de la honte dans de nombreuses situations ont peur d'être rejetées. Ils ont du mal à accepter les critiques ou à faire face à des situations inconnues, car l'échec et les erreurs sont étroitement associés à la honte. Dans certains cas, cette peur peut conduire à ce qu'on appelle la contrainte d'évitement. Les situations potentiellement embarrassantes sont évitées autant que possible et l'horizon des événements est sévèrement limité. Un exemple courant de contrainte d'évitement est le sentiment de honte en parlant. Cela se manifeste souvent par une extrême timidité, qui peut conduire à l'isolement social et associés DépressionLa honte pour son propre corps peut également revêtir des caractéristiques pathologiques. S'il est perçu comme trop gras, trop mince ou tout simplement non conforme à la norme, des sentiments de honte surviennent parfois conduire aux troubles de l'alimentation ou à la dépendance sportive. Au lieu de se concentrer sur «l'embarras» de son propre corps, cependant, il est plus logique pour les personnes touchées d'aller au fond du côté psychologique de la honte. De plus, l'expérience permanente de la honte peut être liée à des sentiments de culpabilité. Dans certains cas, la concentration constante sur ces émotions négatives se traduit par des pensées obsessionnelles qui rendent impossible l'expérience d'une vie quotidienne normale. Un problème très grave est l'expérience de la honte liée à la sexualité. Par exemple, de nombreuses personnes se sentent gênées d'utiliser préservatifs parce qu'ils ne veulent pas être observés en train d'acheter le contraceptif. Les maladies sexuelles sont également souvent considérées comme un motif de honte. Pour cette raison, les personnes touchées évitent la visite nécessaire chez le médecin et risquent de graves, santé- conséquences liées. Même en cas d'agression sexuelle ou, dans le pire des cas, de viol, de nombreuses personnes touchées gardent secret ce qu'elles ont vécu. Ils craignent d'être mis dans une situation embarrassante et acceptent les conséquences physiques telles que les MST ou un grossesse et les maladies psychologiques qui peuvent survenir à la suite du traumatisme.