Socialisation: fonction, tâches, rôle et maladies

La socialisation est l'adaptation continue aux modèles de sentiments et de pensées au sein des communautés sociales. Selon la théorie de la socialisation, les humains ne sont viables que par la socialisation. Les problèmes de socialisation peuvent donc provoquer des maladies mentales et psychosomatiques, mais peuvent aussi en être un symptôme.

Qu'est-ce que la socialisation?

La socialisation est l'adaptation continue aux modèles de sentiments et de pensées au sein des communautés sociales. Chaque personne est influencée par les émotions et les pensées de son environnement. L'adaptation des schémas humains de sentiment et de pensée aux schémas de l'environnement se fait par l'intériorisation des normes sociales. Ce processus s'appelle la socialisation. Ainsi, la socialisation est, d'une part, le lien social avec l'environnement et, d'autre part, le développement de la personnalité en interaction avec l'environnement. L'individu apprend, sa façon de penser et d'agir avec de son environnement. Il n'y a pas d'autre possibilité pour lui, car il est toujours dans un environnement. De cette manière, il se coordonne également avec lui. Les individus suivent donc la tendance à se comporter selon les normes et les valeurs en vigueur à l'époque. Si la socialisation réussit, l'individu intériorise les normes, les valeurs, les représentations et les rôles sociaux de l'environnement. Une socialisation réussie correspond à une symétrie de réalité subjective et objective. le conception de la réalité et de sa propre identité est donc non moins façonnée socialement. Dans les années 1970, une théorie interdisciplinaire de la socialisation s'est développée. De nombreuses sources distinguent la socialisation primaire de la socialisation secondaire et tertiaire selon le stade de la vie.

Fonction et tâche

La socialisation est la totalité des apprentissage processus et permet à l'individu de participer à la vie sociale et de participer à son développement. Le processus doit être compris comme un processus permanent. La socialisation résulte donc de la coexistence humaine et s'exprime dans la formation des relations sociales de l'individu. Pour la socialisation, l'individuation personnelle doit être mise en harmonie avec l'intégration sociale. L'identité de l'ego ne peut être sécurisée d'aucune autre manière. L'environnement social et les facteurs individuels innés respectifs interagissent dans la socialisation. Ce n'est qu'au cours de la socialisation qu'une personne se transforme en une personne socialement capable qui continue de se développer tout au long de sa vie en acceptant sa propre vie. Surtout, l'individu fait face à ses dispositions physiques et psychologiques tout au long de sa vie. Il essaie d'harmoniser cette réalité intérieure avec l'environnement social et physique et donc avec la réalité extérieure. La socialisation primaire a lieu sur le nouveau-né et dénote les fondements de l'intégration dans le monde. Un équipement de base avec la vie et la connaissance du monde est véhiculé avec cette première socialisation. Ce n'est que grâce à cet équipement de base que l'être humain peut prendre pied dans le monde. L'intériorisation des manières de voir les choses dans l'environnement social résulte d'abord avant tout de la confiance fondamentale dans les parents ou tuteurs qui s'occupent de l'éducation. Avec la socialisation secondaire, l'individu est confronté à la tâche de faire quelque chose de sa vie. Le contact avec un monde extérieur à l'environnement primaire de socialisation commence. À partir de ce moment, le monde est décomposé en une multitude de sous-mondes et façonné par les connaissances et les compétences. La socialisation secondaire commence par quelque chose comme jardin d'enfants ou à l'école. À partir de là, l'individu doit acquérir des compétences spécifiques à son rôle pour naviguer dans les sous-mondes. La socialisation tertiaire se produit à l'âge adulte et correspond à l'adaptation constante à l'environnement social et donc à l'acquisition de nouveaux comportements et schémas de pensée. Les connaissances et les compétences ainsi acquises servent la survie dans la société.

Maladies et troubles

Presque toutes les maladies physiques et mentales graves peuvent être associées à des problèmes de socialisation. À la suite d'une maladie, la personne est égarée et peut avoir du mal à s'intégrer dans des contextes sociaux. Un exemple de maladie avec des problèmes de socialisation est TDAH. Il s'agit d'un trouble qui touche environ dix pour cent de tous les enfants et adolescents. Le trouble a parfois des conséquences graves sur le comportement et les performances: des difficultés de rétention de l'attention, de l'agitation, de l'instabilité et des comportements impulsifs caractérisent le tableau. De nombreux enfants et adolescents touchés souffrent de apprentissage difficultés et problèmes sociaux tels que les problèmes de socialisation secondaires. Cependant, les difficultés de socialisation ne sont pas seulement le symptôme de nombreuses maladies, mais peuvent aussi avoir un lien original, notamment avec les maladies mentales. En particulier, les difficultés de socialisation primaire peuvent conduire à de nombreuses maladies de la psyché. Par exemple, une confiance primordiale perturbée ou déçue est souvent à l'origine de troubles mentaux. En raison de la confiance de base déçue, les individus ont du mal à trouver leur place dans leur propre famille. Cela leur rend d'autant plus difficile de trouver leur place dans le monde dans le cadre d'une socialisation secondaire. Des dépendances ou des psychoses peuvent en être le résultat. Idéalement, les gens sont heureux dans la famille et y trouvent un espace de développement personnel et de satisfaction des besoins émotionnels. Ainsi, lorsque les enfants croître confrontés à de graves problèmes familiaux, ils souffrent souvent de difficultés personnelles et interpersonnelles en raison du dysfonctionnement des structures familiales.