Vitamine A : évaluation de l'innocuité

La dernière évaluation de l'autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) vitamines et des tours minéraux pour la sécurité en 2006 et a fixé un niveau d’apport supérieur tolérable (UL) pour chaque micronutriment, à condition que des données suffisantes soient disponibles. Cette UL reflète le niveau de sécurité maximal d'un micronutriment qui ne causera pas effets indésirables lorsqu'ils sont pris quotidiennement de toutes les sources pendant toute une vie.

L'apport quotidien maximal sûr pour la vitamine A est de 3 mg (= 3,000 3,000 µg). XNUMX XNUMX µg de la vitamine A équivaut à 10,000 XNUMX UI (unités internationales). La quantité quotidienne maximale de sécurité pour la vitamine A est près de 4 fois l'apport quotidien recommandé par l'UE (valeur nutritive de référence, VNR).

Cette valeur s'applique aux femmes en âge de procréer, aux femmes enceintes, aux femmes allaitantes et aux hommes. L'EFSA a fixé cette valeur en ce qui concerne la sécurité de l'enfant à naître pour les femmes en âge de procréer afin de protéger la vie à naître contre les effets tératogènes (effets pouvant entraîner des malformations embryon).

L'UL ne s'applique pas aux femmes ménopausées. Il leur est recommandé de limiter leur apport en vitamine A à 1.5 mg par jour en raison d'un risque accru de l'ostéoporose (perte osseuse) et fractures (cassé os).

Plus de 95% de l'apport quotidien en vitamine A de la population est inférieur au maximum de 3 mg de rétinol. Provitamine A ingérée (par exemple bêta-carotène) est convertie en vitamine A dans le corps uniquement en situation de carence.

Dans les études, une corrélation entre un apport élevé en vitamine A et foie la cirrhose (stade terminal de la maladie chronique du foie) n'a été observée qu'au-dessus d'une quantité de 7.5 mg de vitamine A par jour, prise sur 6 ans.

Pour les femmes enceintes, ce qui suit s'applique sous les aspects de précaution pour l'enfant à naître:

Les femmes enceintes ont un besoin accru de vitamine A. En raison de la grande importance de la vitamine pour poumon développement et maturation, il convient de veiller à un approvisionnement adéquat, en particulier aux 2ème et 3ème trimestres (troisième trimestre).

Une phase sensible pour la embryon n'existe que dans les deux premiers mois. Pendant ce temps, l'enfant à naître peut réagir à des quantités anormalement excessives de vitamine A. Cependant, avec l'apport habituel de vitamine A dans un régime, les femmes enceintes sont loin des quantités excessives qui pourraient avoir un effet négatif sur l'enfant à naître. De telles quantités ne peuvent être obtenues par la consommation d'aliments et par des préparations de substances vitales correctement dosées.

Seule la consommation de foie et les produits contenant du foie occupent une place particulière et, avec leurs niveaux incontrôlables de vitamine A, se situent dans une fourchette qui peut avoir un effet négatif sur le développement de l'enfant à naître. Les femmes enceintes doivent donc éviter de manger foie au cours du premier trimestre (troisième trimestre). Les autres aliments contenant de la vitamine A ne présentent pas de risque accru pour l'enfant à naître. Provitamines de vitamine A (par exemple bêta-carotène) sont une bonne alternative, car ils peuvent être absorbés de manière contrôlée et convertis en vitamine A selon les besoins. Un surdosage en vitamine A n'est pas possible.