Test de méthacholine: traitement, effet et risques

Le test dit de la métacholine est destiné à bénéficier principalement asthme patients pour lesquels aucun diagnostic ne peut être confirmé par d'autres moyens à ce jour. Le test de provocation est conçu pour déclencher une réaction excessive des poumons en inhalation de la substance médicamenteuse métacholine et de confirmer le diagnostic de cette manière. Parce que asthme des attaques peuvent survenir au cours du test, il ne doit être effectué que par des professionnels formés dans un laboratoire désigné.

Qu'est-ce que le test de la métacholine?

Le test de métacholine est un test de provocation et est généralement utilisé lors du diagnostic de l'asthme bronchique ne peut être confirmée par d’autres moyens. Le test de la métacholine est également connu sous le nom de test de provocation à la métacholine. C'est un médicament pharmacologique largement utilisé test d'allergie qui est effectuée par inhalation et est considérée comme extrêmement sensible, mais aussi relativement non spécifique. Comme tous les tests de provocation pour diagnostic d'allergie, le test de provocation à la métacholine vise à provoquer une irritation d'une substance spécifique. En inhalant un médicament, le test vise ainsi à déclencher une réaction excessive des poumons. Cette procédure est généralement utilisée lors du diagnostic de l'asthme bronchique ne peut être confirmée par d’autres moyens. Pour le test, 33 milligrammes de méthacholine chlorure est administré dans une solution contenant les excipients disodiques Hydrogénation phosphate-2-d'eau et un sodium dihydrogène phosphate-1-d'eau, qui est censé induire une constriction de l'appareil pulmonaire.

Fonction, effets et objectifs

Les tests de métacholine sont utilisés en allergologie ainsi qu'en pneumologie pour diagnostiquer l'asthme bronchique. Cette forme de asthme est causée par un espace bronchique hypersensible qui réagit aux stimuli par un essoufflement ou des crises de toux. L'hypersensibilité du système bronchique est évaluée dans le test à la métacholine par inhalation de la substance médicamenteuse métacholine. La métacholine est un agoniste des récepteurs muscariniques. C'est un parasympathomimétique direct qui provoque une constriction des bronches. Chez les patients asthmatiques et les patients atteints de inflammation, l'inhalation du médicament déclenche une réaction beaucoup plus forte que ce ne serait le cas dans des poumons sains. Avant le test, le médecin clarifie généralement le antécédents médicaux et exécute un général poumon test de fonctionnalité. Il organise souvent aussi des allergie tests à l'avance pour exclure une allergie comme cause du patient Respiration des difficultés. Depuis la maladie respiratoire MPOC se manifeste également par un essoufflement et il n'est souvent pas possible de le différencier de l'asthme d'une autre manière, des tests d'inhalation avec médicaments tels que les stéroïdes sont également fréquemment pratiqués. Chez les asthmatiques, ces tests conduire à une nette amélioration de tous les symptômes, alors que dans MPOC patients, en règle générale, aucune amélioration ne peut être attendue. Après ces examens préliminaires et tests préliminaires, dans la plupart des cas, en cas de suspicion d'asthme, le patient se rend dans un laboratoire clinique spécialisé où le test à la métacholine est effectué. Un appareil spécial enregistre poumon fonction au repos à l'avance. Cette poumon Le test de fonctionnement a lieu dans une cabine en verre stable à la pression et fournit des informations sur la constitution générale des bronches. Un certain nombre d'autres maladies respiratoires peuvent être exclues ou diagnostiquées au cours de ces enregistrements. Si l'asthme bronchique est toujours suspecté, la première inhalation de métacholine est alors effectuée pour déterminer une valeur à blanc. Cette inhalation a lieu initialement via une solution porteuse. Après cette première détermination du blanc, le test peut déjà être terminé si le patient a montré des réactions extrêmes. Si ce n'est pas le cas, la détermination du blanc est suivie d'une inhalation par étapes de métacholine à doses croissantes, réalisée via des nébuliseurs. Après chacune des cinq étapes, les données sont collectées et tracées sur un dose-courbe de réponse. La spirométrie est principalement utilisée pour surveiller la résistance des voies respiratoires, dont les changements au cours du test devraient confirmer ou exclure le diagnostic.

Risques, effets secondaires et dangers

Le test à la métacholine n'est pas sans danger et est associé à un certain nombre de dangers, en particulier pour les asthmatiques, mais ceux-ci peuvent être bien contrôlés en laboratoire. Par exemple, le test à la métacholine déclenche souvent une crise d'asthme. Cette attaque peut être de gravité variable et nécessite la présence de personnel formé, bien entendu disponible dans le laboratoire spécialisé, pour ces raisons, cependant, le test doit être réalisé uniquement et exclusivement dans les laboratoires désignés à cet effet avec du personnel spécialisé, sinon le patient met son propre santé à risque. Dans tout laboratoire spécialisé pour l'évaluation de la fonction pulmonaire, la fourniture de oxygène est garanti en cas de Respiration difficultés, et les médecins urgentistes sont sur appel pour répondre. Une fois le test terminé, le patient reçoit également un antidote pour calmer les poumons. Sans ces conditions contrôlées, les risques pour le patient sont trop élevés. Même en dehors de ces risques et effets secondaires élevés, le test présente quelques difficultés. Bien que la procédure de provocation soit un test extrêmement sensible, toutes les personnes réagissent avec une constriction des poumons au-dessus d'un certain dose de métacholine. La valeur moyenne de ce dosage est d'environ 2.9 milligrammes de médicament. Ainsi, une réaction à l'inhalation ne signifie pas nécessairement que le patient souffre réellement d'asthme sévère. De ce point de vue, le test manque de spécificité malgré sa grande sensibilité, ce qui est souvent critiqué. Outre la constriction naturelle de 2.9 milligrammes, d'autres maladies bronchiques peuvent parfois déclencher de fortes réactionsdose métacholine, ce qui rend le test encore plus non spécifique. Néanmoins, les tests de provocation bronchique font désormais presque toujours partie du diagnostic de l'asthme.