Régulation thermique: fonction, tâches, rôle et maladies

La thermorégulation fait référence à tous les processus de régulation impliqués dans le maintien de la température corporelle. Les animaux à sang chaud maintiennent une température constante, quelles que soient les températures extérieures. Le centre de la thermorégulation est le hypothalamus.

Qu'est-ce que la thermorégulation?

La thermorégulation fait référence à tous les processus de régulation impliqués dans le maintien de la température corporelle. Les animaux à sang chaud doivent maintenir leur température corporelle parce que les divers systèmes et processus corporels de leur organisme sont dirigés vers une température idéale spécifique. Les humains ont une température corporelle de 37 degrés Celsius relativement indépendante des températures extérieures. À ces températures, un environnement de température idéale existe pour ses processus corporels. Comme tous les autres organismes à sang chaud, les humains s'appuient sur des processus réglementaires pour maintenir des températures corporelles constantes. Ces processus se résument à la thermorégulation ou à la régulation thermique. En fonction des températures extérieures, l'organisme initie différents processus dans le cadre de la thermorégulation, tels que du froid frissons, transpiration, ajustements métaboliques, ou la combustion des graisses. La régulation thermique n'est pas soumise à un contrôle volontaire et est entièrement automatisée. Un circuit de contrôle physiologique est disponible à cet effet. Sa première instance est représentée par les thermorécepteurs. Les informations de température détectées sont transmises par les récepteurs au thalamus au centre système nerveuxL’ hypothalamus connecté à lui est le centre réel de la thermorégulation. De cette partie de la centrale système nerveux, les commandes sont envoyées dans le corps qui ont un effet régulateur sur la température corporelle.

Fonction et tâche

Le corps humain est en échange thermique constant avec l'environnement par conduction, convection, rayonnement et évaporation. Les mécanismes d'échange individuels déclenchent simultanément la perte de chaleur et le chauffage passif. Quand les deux ne sont plus équilibre, l'organisme doit répondre par une régulation pour maintenir une température corporelle constante. Le corps humain produit constamment de la chaleur dans la thermogenèse des muscles et du métabolisme. Il est relativement bien isolé de l'environnement par le tissu adipeux sous-cutané. De plus, il a la capacité d'abaisser sa température, ce qui est une exigence obligatoire de la thermogenèse qui se produit constamment. Les thermorécepteurs se lient de manière permanente et involontaire aux stimuli de température. Les cellules sensorielles du sens du toucher sont situées non seulement sur la surface superficielle peau, mais aussi dans les tissus et surtout les muqueuses. Ils projettent les températures mesurées via le thalamus à ces victimes que nous nommons hypothalamus, où ils sont évalués et, si nécessaire, traités par des processus réglementaires. Lorsque les températures extérieures sont basses, l'hypothalamus augmente le tonus du sympathique système nerveux, ce qui se traduit par une grande variété de processus ayant pour effet de conserver la chaleur et de produire de la chaleur. Par exemple, un gradient de température est initié. Du noyau du corps et des organes du front, cavité thoracique et cavité abdominale, la température dans les tissus périphériques baisse par rapport à l'environnement, donc surtout dans les muscles de la périphérie. Dans la couche externe du corps, le sang l'offre diminue. Ainsi, l'apport de chaleur avec sang des tissus métaboliquement actifs est réduite. De cette façon, la périphérie isole le noyau du corps, pour ainsi dire. Périphérique sang bateaux deviennent moins perfusés pour minimiser la perte de chaleur par le sang. le peau les pores se contractent dans le même but. Ils déclenchent également la chair de poule. Les poils dressés créent une petite couche d'air isolante à travers laquelle la chaleur corporelle rayonnante s'échappe plus lentement. À l'extrême du froid, des tremblements musculaires sont également déclenchés. Le travail musculaire provoque une accumulation de chaleur. Pour cette raison, les muscles sont involontairement stimulés à se contracter. cependant, du froid frissonner n'est efficace qu'avec modération. Pour cette raison, il ne commence généralement qu'en cas de risque aigu de hypothermie. Le brûlant de tissu adipeux brun initié par le froid. Par conséquent, les animaux à sang chaud utilisent principalement les processus de combustion comme les mesures dans des conditions froides. Les températures extérieures montrent également des effets sur l'activité métabolique, qui est principalement influencée sur le plan hormonal par l'hypothalamus. Le métabolisme est automatiquement augmenté à des températures froides parce que des taux métaboliques accrus produisent de la chaleur. En cas de chaleur, l'hypothalamus réduit le tonus du système nerveux sympathiqueLe métabolisme est ensuite régulé à la baisse pour éviter de produire de la chaleur supplémentaire. le bateaux dilater pour stimuler la perte de chaleur par le sang. Cependant, la régulation thermique la plus importante pour les humains à des températures extérieures chaudes est l'évaporation de la sueur. le glandes sudoripares sont automatiquement stimulés pour augmenter la sécrétion de liquide dans des conditions chaudes, et l'évaporation de la sueur présente un effet rafraîchissant sur le corps.

Maladies et affections

La régulation thermique peut être affectée par des troubles dus aux médicaments et aux carences. Une transpiration inappropriée par temps froid et des frissons froids malgré la chaleur peuvent en résulter. De plus, diverses maladies du système nerveux peuvent perturber la chaîne de régulation, notamment en cas de lésions du thalamus, l'hypothalamus ou leurs voies de projection. Lésions dans la région du système nerveux sympathique peuvent également être responsables de dérèglements du métabolisme ou des muscles, qui affectent les processus de thermorégulation. Maladies de glandes sudoripares ou les maladies métaboliques peuvent être également coupables de dérèglement. Il en va de même pour les maladies des glandes endocrines, telles que le lobe hypophysaire antérieur. Dans des phénomènes tels que la chaleur accident vasculaire cérébral, la régulation de la température échoue fondamentalement. le équilibre de la régulation thermique est déstabilisée par les dommages causés par la chaleur aux cellules et aux organites. Chaleur accident vasculaire cérébral est souvent précédée d'une production de chaleur accrue, par exemple par le biais de sports extrêmes à des températures élevées. Dans la chaleur accident vasculaire cérébral avec des températures corporelles de 40 degrés Celsius, le système enzymatique est endommagé. Les mécanismes de thermorégulation échouent généralement complètement dans ce phénomène. Cela se traduit souvent par une élévation incontrôlée de la température, qui, en fin de compte, peut même provoquer nécrose ou défaillance de plusieurs organes. En général, une sensation de température anormale n'est pas directement équivalente à des troubles de la thermorégulation. La sensation de température est individuelle et dépend de nombreux facteurs qui ne sont pas nécessairement associés à la valeur de la maladie.