Neuroscience: traitement, effets et risques

La neuroscience traite de la structure, de la fonction et des troubles de nerfs. Celles-ci sont ainsi considérées d'un point de vue médical, biologique et psychologique. Outre les éléments individuels, l'accent est principalement mis sur les systèmes nerveux complexes et la coopération des structures ainsi que sur les plaintes résultant de maladies.

Quelles sont les neurosciences?

La neuroscience traite de la structure, de la fonction et des troubles de nerfs. Dans le spectre scientifique, les experts traitent de la structure et de la fonction des nerfs dans toutes les situations. D'une part, les composants individuels du système et les neurones sont considérés; d'autre part, la neuroscience offre une vue d'ensemble macrologique. Les cellules gliales présentent généralement un intérêt particulier. En général, cependant, les neuroscientifiques veulent analyser l'interdépendance des nerfs et leur fonction. Par exemple, ils sont intéressés par l'étude de la centrale système nerveux chez les vertébrés. De plus, ils sont concernés par les maladies qui relèvent du domaine de la neurologie. La neuroscience est différenciée dans différentes directions. L'un d'eux est, par exemple, cerveau recherche, qui examine la structure et les performances du cerveau chez les humains et les singes. D'une part, la recherche fondamentale est menée, et d'autre part, il s'agit de déterminer les causes de certaines maladies telles que Alzheimer et épilepsie. Ainsi, la neuroscience traite de diverses affections du système nerveux et, en plus du diagnostic, vise également à guérir les maladies. Un autre sous-problème important est la perception des informations de l'environnement, par exemple sous la forme d'impressions sensorielles, ainsi que l'émergence de réactions émotionnelles.

Traitements et thérapies

La neuroscience entre ainsi en jeu dans les maladies qui affectent le système nerveux. Ceux-ci impliquent Alzheimer maladie, par exemple. Alzheimer La maladie est l'une des maladies dégénératives qui surviennent plus tard dans la vie en raison de l'usure des structures physiques. De plus, la maladie d'Alzheimer peut être comptée dans la catégorie des démence. Les personnes touchées souffrent de Mémoire perte et changements dans la personnalité individuelle. La formation exacte de la maladie d'Alzheimer n'a pas encore été entièrement étudiée et fait donc l'objet d'expériences neuroscientifiques. Cependant, les tomographies par ordinateur révèlent un dépôt de protéines. Ceux-ci peuvent souvent être détectés des années avant l'apparition des premiers symptômes cerveau de la personne concernée. Vraisemblablement, le protéines entraver la communication entre les cellules nerveuses, entraînant les symptômes typiques de la maladie d'Alzheimer. Ici, la neuroscience s'intéresse à d'autres recherches sur les causes et le traitement. Une autre maladie qui est au centre des neurosciences est épilepsie. En plus des composants héréditaires et des troubles métaboliques, les épisodes sont causés par cerveau dommages, entre autres. Surtout dans un tel cas, la neuroscience entre en jeu. En fin de compte, les symptômes résultent d'une perturbation des cellules nerveuses, à la suite de laquelle il y a une décharge pathologique. Les symptômes qui deviennent perceptibles et leur intensité dépendent, par exemple, de l'emplacement exact de la décharge et si elle se produit d'un côté du cerveau ou des deux. Un autre domaine important de la neuroscience est tumeurs cérébrales et front blessures. La tumeur peut être bénigne ou maligne et peut provoquer une variété de symptômes, y compris maux de tête, vomissement, et un changement de personnalité. Maux de tête sont perçus comme angoissants par la plupart des gens. Le plus souvent, les plaintes surviennent dans le cadre de migraine. Cela intéresse à son tour les neuroscientifiques. Au fur et à mesure que la maladie progresse, des symptômes neurologiques tels qu'une vision altérée peuvent apparaître en plus de maux de tête.

Diagnostic et méthodes d'examen

La neuroscience utilise une variété de méthodes pour trouver la cause d'un condition ou pour traiter des plaintes spécifiques. La recherche est différenciée en méthodes non invasives et invasives. Les méthodes non invasives sont les mesures dans le cadre de la recherche dont le patient ne subit aucun préjudice. La recherche invasive est menée presque exclusivement à travers des études sur des patients qui ont naturellement contracté la maladie. Dans le cadre de la psychophysique, les capacités de base d'un système nerveux sont à évaluer. Dans le cas de maladies anatomiques, le cerveau d'une personne malade est souvent comparé à un cerveau sain. Grâce à une telle comparaison, les scientifiques peuvent tirer des conclusions sur sa fonction en fonction des zones endommagées. Un tel examen a lieu dans le cadre d'une étude de lésion. Cependant, cela ne peut être effectué que lorsque le patient est décédé et que les dommages peuvent être localisés avec précision. En raison des progrès techniques, une telle étude des lésions est devenue moins importante. De nos jours, par exemple, le travail du cerveau peut être retracé au moyen d'un EEG. La base ici est la mesure des courants électroniques résultant de la fonction des cellules nerveuses sous la forme d'un champ électrique. De cette façon, des informations sur le traitement du cerveau peuvent être obtenues. La tomographie par ordinateur permet la localisation précise de tout dommage sans qu'il soit nécessaire d'ouvrir le cerveau. Tomodensitométrie en particulier, a révolutionné les neurosciences. Les progrès technologiques apportent de nouvelles perspectives car l'équipement permet d'examiner le cerveau immédiatement après l'apparition des symptômes ou d'un accident. Les lésions peuvent être rendues visibles dans l'espace, mais les informations sur les cellules nerveuses ne peuvent pas être recueillies sur la base d'un tel examen. La stimulation magnétique transcrânienne est l'une des rares procédures invasives utilisées chez l'homme. Les courants électroniques sont utilisés pour désactiver temporairement des régions spécifiques du cerveau afin d'étudier la séquence des étapes neurologiques. Jusqu'à présent, les experts ne s'attendent à aucun dommage permanent pour le patient. Sinon, une telle recherche sur des êtres humains vivants n'aurait aucune base légale.