Syndrome de goulot d'étranglement: causes, symptômes et traitement

En médecine, un syndrome de constriction est le pincement douloureux des muscles et Tendons dans un joint. Il affecte le plus souvent le articulation de l'épaule.

Qu'est-ce que le syndrome de constriction?

Le syndrome de foule est également connu sous le nom de conflit sous-acromial. Cela implique des restrictions de mobilité et de fonction de l'articulation touchée, qui sont associées à douleur. La raison en est une constriction des muscles et Tendons. En conséquence, l'espace à l'intérieur de l'articulation n'est plus suffisant pour certains mouvements. Syndrome de conflit affecte principalement l'épaule d'une personne. Dans la plupart des cas, conflit sous-acromial est due à un blessé ou dégénéré manchette de rotateur. Le conflit empêche le bras de la personne affectée de s'élever au-dessus du niveau de l'épaule. Cependant, le syndrome de constriction peut certainement survenir dans d'autres les articulations, comme le articulation de la hanche. Affecté par le rétrécissement sont l'acétabulum ainsi que le fémur front. Dans de rares cas, le syndrome de conflit survient également au cheville découper. Environ dix pour cent de tous les citoyens allemands sont touchés par un syndrome de conflit. De ce fait, le syndrome se manifeste principalement chez les hommes et les femmes âgés de plus de 50 ans.

Causes

Les causes d'un syndrome de goulot d'étranglement se révèlent différemment. Dans la plupart des cas, des modifications dégénératives du système musculo-squelettique osseux sont responsables du développement du syndrome. Les athlètes tels que les nageurs, les lanceurs de javelot ou les joueurs de handball sont particulièrement touchés. Les signes d'usure sont encore favorisés par les mouvements permanents au-dessus de la tête. Cependant, il n'est pas rare que certains groupes professionnels souffrent également du syndrome de conflit, de sorte qu'il est désormais considéré comme une maladie professionnelle. Cela touche principalement les professions qui impliquent des travaux en hauteur, comme les soudeurs ou les peintres. D'autres déclencheurs du syndrome de conflit comprennent des dépôts de calcium dans les corps communs ou Tendons. Même une forme congénitale de syndrome de conflit est possible. Cela implique des déformations de l'articulation front, les acromion ou la cavité glénoïde qui se traduit par une forme défavorable de l'articulation. Un autre facteur de risque d'un syndrome de goulot d'étranglement est un déséquilibre des muscles. Cela se voit principalement chez les bodybuilders. Un entraînement unilatéral ou exagéré dérange rarement les personnes sensibles équilibre de manchette de rotateur.

Symptômes, plaintes et signes

Les symptômes d'un syndrome d'oppression dépendent de la partie du corps touchée. Par exemple, les patients souffrent de douleur à l'épaule, qui augmente avec l'effort et diminue avec le repos. le douleur apparaît profondément dans l'articulation et devient si grave la nuit que le patient ne peut plus s'allonger du côté affecté. De plus, le bras peut difficilement être levé et est souvent suspendu de manière lâche. Il n'est pas rare que les restrictions de mouvement douloureuses augmentent à mesure que le condition progresse, et le articulation de l'épaule perd de plus en plus de stabilité. En cas de syndrome de rétrécissement du articulation de la hanche, les plaintes sont progressives. Ainsi, seule une douleur sporadique survient, qui s'intensifie cependant pendant l'activité physique. Il n'est pas rare que leur rayonnement dans le cuisse se déroule. De plus, la douleur devient plus intense lorsque le patient tourne le jambe vers l'intérieur.

Diagnostic et cours

Si étroitjambe syndrome est suspecté, un orthopédiste spécialisé dans les affections de ce type doit être consulté. Un médecin expérimenté peut généralement poser le diagnostic après avoir décrit les symptômes et examiné le corps. De plus, le syndrome de constriction est l'une des affections orthopédiques les plus courantes. Lors de la prise du patient antécédents médicaux, l'orthopédiste veut généralement savoir où et dans quelles situations la douleur survient, combien de temps elle a duré, s'il y a des limitations de mouvement ou , s'il y a des blessures à l'épaule et si le patient souffre également de douleurs la nuit. La profession du patient et les sports auxquels il participe sont également intéressants. examen physique, l'orthopédiste vérifie les mouvements du patient et s'il y a des troubles. Des tests fonctionnels cliniques spéciaux ont lieu pour confirmer le diagnostic. Ceux-ci incluent la poignée d'épaule, le cou l'adhérence, le test du supra-épineux, le test de conflit selon Neer ou le test de Hawkins. L'évolution d'un syndrome de goulot d'étranglement dépend de la cause de déclenchement. Dans la plupart des cas, le patient doit être très patient. Cela peut prendre des semaines, voire des mois, pour que les symptômes s'améliorent. Parfois, des complications du syndrome de conflit, telles que des déchirures du manchette de rotateur tendon ou inflammation de la bourse sous le acromion, sont également possibles.

Complications

En règle générale, le syndrome de constriction entraîne des troubles de la les articulations et leur mobilité, avec le articulation de l'épaule être particulièrement touché. Dans ce cas, le patient souffre de mouvements restreints et également de douleurs. Les complications dépendent principalement du moment du traitement. Dans la plupart des cas, la douleur survient lorsque la personne affectée soulève son bras, bougeant son épaule. La douleur est souvent insupportable, de sorte que ces mouvements ne peuvent plus être effectués. Les activités physiques ou sportives ne sont généralement plus possibles en raison du syndrome de constriction. Il y a une qualité de vie réduite. Si le traitement n'est pas commencé tôt, le système musculo-squelettique complet peut également être endommagé. Le traitement lui-même est effectué à travers diverses thérapies et le administration of analgésiques. Afin d'éviter d'autres troubles, la personne affectée n'est pas autorisée à mettre plus de poids sur son épaule. Si les thérapies habituelles échouent, les interventions chirurgicales peuvent également réduire la souffrance. Cela signifie que le syndrome de constriction peut être traité relativement bien et qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter des complications ultérieures. L'espérance de vie n'est pas réduite par le syndrome de goulot d'étranglement.

Quand devriez-vous voir un médecin?

Si les problèmes d'épaule ou d'articulation augmentent sans raison apparente, un médecin doit être consulté. S'il y a une restriction dans l'amplitude des mouvements, il y a lieu de s'inquiéter. En cas de mauvaise posture du corps ou de tension physique unilatérale due aux symptômes, il est conseillé de consulter un médecin. Les symptômes peuvent conduire à des dommages permanents au système squelettique, qui devraient être corrigés à un stade précoce. Si les activités professionnelles ou sportives habituelles ne peuvent plus être effectuées comme d'habitude, une visite chez le médecin est nécessaire. En cas de douleur ou de troubles du sommeil, un médecin est nécessaire dès qu'ils surviennent de façon répétée ou durent plusieurs jours. Une consultation avec un médecin est requise avant de prendre un analgésique. Des effets secondaires peuvent survenir et doivent être discutés et clarifiés à l'avance. En cas de problèmes émotionnels ou mentaux dus à l'inconfort et aux limitations, une visite chez le médecin est recommandée. Si sautes d'humeur se produisent, le bien-être général diminue ou des problèmes de comportement surviennent, un thérapeute est nécessaire. Un état émotionnel déprimé, l'apathie et un sentiment général de malaise doivent être discutés avec un médecin. Si des plaintes telles que l'agitation intérieure, maux de tête ou l'apathie persiste sur une période plus longue, le risque de souffrir de maladies mentales supplémentaires augmente. Une visite chez le médecin est donc nécessaire afin de développer en temps opportun SOLUTIONS aux problèmes émergents.

Traitement et thérapie

Le traitement du syndrome de constriction doit généralement être individualisé et peut inclure plusieurs options. Si conservateur thérapie a lieu, le patient reçoit des analgésiques ainsi que thérapie physique. Il doit aussi se calmer. Cela signifie qu'il doit éviter les travaux physiques lourds et les sports. L'acide acétylsalicylique or l'ibuprofène sont administrés pour soulager la douleur. Si conservateur thérapie ne fait pas conduire à l'amélioration, la chirurgie peut être appropriée. Le but de la chirurgie est de corriger le rétrécissement mécanique en modifiant les structures. L'intervention chirurgicale est particulièrement recommandée pour les patients plus jeunes. En règle générale, seules les procédures mini-invasives telles que arthroscopie sont utilisés. À l'aide d'un endoscope, le chirurgien offre ainsi à l'articulation affectée à nouveau plus de liberté de mouvement.

Perspectives et pronostics

Le syndrome des articulations encombrées promet un pronostic positif. Les patients qui reçoivent un traitement complet pour condition et respectez les instructions du médecin concernant le repos et thérapie physique se rétablissent généralement en quelques semaines à quelques mois. Des séquelles tardives surviennent rarement avec le syndrome du goulot d'étranglement. Ce n'est que dans le cas de maladies graves associées à des fractures, à des signes d'usure et à d'autres complications que le thérapie durent plus longtemps.Dans certains cas, le syndrome se transforme en un condition qui limite en permanence les personnes touchées. Les patients plus âgés en particulier ne se remettent souvent pas complètement du syndrome de goulot d'étranglement. Le syndrome de goulot d'étranglement n'a aucune influence sur l'espérance de vie des patients. Cependant, la condition favorise d'autres maladies de la les articulations, tendons et bourses. Cela peut limiter la qualité de vie sur une période plus longue et, si nécessaire, également conduire à des complications graves. L'orthopédiste responsable peut déterminer le pronostic sur la base de discussions avec les patients et d'examens physiques. L'évolution de la maladie fournit des informations sur les perspectives de guérison et indique également le risque de complications. Si la thérapie est poursuivie de près et soutenue par l'auto-assistance les mesures, la perspective de guérison est donnée chez des patients sains sans maladies concomitantes ou autres plaintes physiques ou mentales.

Prévention

La prévention du syndrome de constriction n'est possible que dans une mesure limitée. Bonne posture, exercice suffisant, exercice régulier de la coiffe des rotateurs et détente des muscles de l'épaule sont recommandés. La prudence est recommandée avec les sports à haut risque tels que tennishandball, lancer de javelot, natation ou volley-ball.

Suivi

Dans le syndrome de constriction, les options de suivi sont généralement très limitées. Dans ce cas, un traitement médical direct par un professionnel de la santé est généralement nécessaire pour traiter correctement et complètement le syndrome. Étant donné que le syndrome ne peut pas guérir seul, la personne touchée dépend toujours du traitement par un médecin. C'est le seul moyen d'éviter d'autres complications. Dans la plupart des cas, le syndrome de goulot d'étranglement est traité à l'aide d'une intervention chirurgicale. Il n'y a pas de complications particulières. La personne affectée doit se reposer et prendre soin de son corps après l'opération. Ils doivent s'abstenir de faire des efforts ou d'autres activités stressantes afin de ne pas exercer de pression inutile sur le corps. Stress doit également être évité en général, bien qu'un mode de vie sain de la part de la personne affectée puisse avoir un effet positif sur l'évolution de la maladie. Dans certains cas, les patients atteints du syndrome de goulot d'étranglement dépendent également de l'aide et du soutien de leurs amis et de leur famille pour faire face à la vie quotidienne. Dans ce cas, des soins intensifs et affectueux ont un effet particulièrement positif. Tendre la main à d'autres patients atteints du syndrome de goulot d'étranglement peut également être utile à cet égard.

C'est ce que tu peux faire toi-même

Lorsque la mobilité et la fonction d'une articulation sont altérées, les personnes touchées doivent toujours consulter un médecin rapidement. Ce que le patient lui-même peut apporter au traitement du syndrome de goulot d'étranglement dépend de ses causes et des symptômes spécifiques. Le syndrome de goulot d'étranglement survient souvent dans les groupes professionnels qui travaillent en frais généraux. Ceux-ci incluent des artisans tels que des maçons, des peintres et des charpentiers, mais aussi des employés de l'industrie métallurgique. Les membres d'un groupe à haut risque devraient consulter un médecin, de préférence un chirurgien orthopédiste expérimenté, au premier signe dejambe syndrome. Si la suspicion d'un syndrome de goulot d'étranglement est confirmée, un certain nombre d'ajustements comportementaux sont généralement nécessaires. Souvent, l'articulation touchée doit être reposée plus longtemps. Selon la profession exercée et la gravité des symptômes, cela peut signifier que certaines activités peuvent ne plus être exercées, des pauses plus longues peuvent être nécessaires, ou la personne affectée peut devoir faire une pause complète pendant une période plus longue. Le syndrome de goulot d'étranglement étant reconnu comme une maladie professionnelle en Allemagne, les patients sont relativement bien couverts financièrement. Dans tous les cas, les personnes concernées doivent immédiatement demander conseil à leur santé compagnie d'assurance ainsi que de leur syndicat ou comité d'entreprise. Si le médecin prescrit physiothérapie, il est important que le patient le démarre et le mette en œuvre de manière cohérente. Un entraînement régulier de la coiffe des rotateurs est important pour éviter une dégénérescence supplémentaire du système musculo-squelettique.